A noter dans vos agendas !

BanniereNocturne

Depuis de nombreuses années, UVC avait en projet l’organisation d’une randonnée VTT de nuit. Ceci était dans les tiroirs et attendait patiemment son dépoussiérage. Quelques adhérents du club ont repensé ce projet et ont décidé de le mettre à l’ordre du jour. Il était nécessaire de trouver un circuit pas trop dur, pas trop simple non plus. Juste ce qu’il faut de frissons. Dominique a suggéré le circuit des capitelles du côté de Blauzac. Celui ci paraissant bien adapté à ce genre de manifestation, nous sommes partis en reconnaissance, un Samedi après-midi, guidés par des connaisseurs du cru : Raoul, Daniel et Nicolas. Tous 3 sont blauzacois et adhérents du club. Nous avons évolué sur un trajet d’environ 25 kilomètres allant même jusqu’aux portes du domaine régional des gorges du Gardon. De beaux monotraces étaient ainsi empruntés ravissant la plupart d’entre nous tant par leur aspect ludique que technique. Restait quelques zones sombres, si l’on peut dire pour une nocturne, à revoir. C’est maintenant chose faite grâce, en partie, à une autre reconnaissance, de nuit cette fois. Le circuit est prêt et n’attend plus que des vététistes intéressés par cette initiative viennent partager avec nous cette aventure avec en prime, une surprise aux « 3 capitelles ». Nous avions choisi une première date en Juin, un peu dans la précipitation, mais celle-ci n’a pas eu le succès escompté.

Aussi, amis vététistes et sympathisants pratiquants du club, nous vous proposons une autre date, celle du Vendredi 16 Septembre. Cela vous donnera plus de temps pour vous organiser, pour la noter dans votre agenda et vous permettra d’en faire une date de retour à votre sport préféré après, j’imagine, un été bien chargé en évènements de toutes sortes. En outre, et pour ceux qui craignent le manque de luminosité, ce soir là sera une nuit de pleine lune. Promis, les loups-garous ne sont que légende.
Alors adhérents du club, routards, vététistes, n’hésitez pas, n’hésitez plus, une seule date à retenir : Vendredi 16 Septembre.
Veuillez confirmer votre présence (pour préparer au mieux le ravito, bien sur) au 06 89 94 96 28 : Alain. ou par le mail du Club (voir haut du site).

L’équipe organisatrice du projet.

Rando gps dans les cevennes par yan

Belle rando technique au départ du Vigan avec mes amis Michel Bridet et Gilles Bosnay.
Le début permet de bien s’échauffer en empruntant la voie verte et ses ouvrages d’arts. Puis c’est la montée physique et technique après Arre pour rejoindre le plateau qui nous conduira vers le sommet du cirque de Navacelle. Mais avant d’y parvenir, il nous faudra naviguer au gps à travers des champs d’herbes folles et de chardons. Après un petit repas au sommet , tout en admirant le majestueux cirque, nous redescendons en empruntant la piste caillouteuse à flan de falaise ( j’avoue que çà a pas été mon passage préféré ). Puis en route vers Montardier pour finir par une très belle descente technique tout en finesse.
Retrouvez un petit résumé en images , avec un clin d’oeil à mon ami Yann Laurent ( bassiste de HUM ( excellent groupe à découvrir))pour la musique,.
Et à mon ami Fred Courbette le spécialiste des descentes techniques 🙂 🙂 🙂
Désolé si parfois la vidéo bouge assez fort , mais les chemins pierreux ne nous permettaient pas de rouler trop vite 🙂

Yan

k

La  trace:

Distance totale: 4947409 m
Altitude maximum: 751 m
Altitude minimum: 221 m
Denivelé total positif : 1063 m
Denivelé total négatif: -1056 m
Durée totale: 06:26:29
Télécharger

 

60ème Grand PRIX DE LA VILLE D’UZES : LA PROVENCE EN FORCE !

Tout le monde avait mis la main à la pâte pour que cette 60ème édition du Grand Prix cycliste de la ville, couru ce dimanche 7 août dans le cadre de la fête votive, soit une réussite : municipalité, commerçants, bénévoles du club….
Et les coureurs ne s’y sont pas trompés. Beaucoup sont venus de très loin : Franche-Comté, Savoie, Aquitaine, Pays de Loire, Pyrénées…. Le critérium ducal s’est désormais fait un nom dans le calendrier fédéral.
Eddy BERANGER, le vainqueur 2015, monté depuis en 1ere catégorie, ne pouvait défendre son titre mais la bataille promettait d’être rude pour lui succéder.
A 16h00, les 38 coursiers s’élançaient pour 70 tours de ville. Très vite la course s’animait sous les commentaires de Nicolas CAILLE, l’excellent speaker auvergnat, désormais fidèle de notre épreuve. Les primes généreuses distribuées tous les 5 tours contribuaient largement au rythme élevé soutenu par les cyclistes. Les attaques fusaient de toutes parts sous le regard ravi et connaisseur du public, toujours plus nombreux.
Vers la mi-course, une dizaine de coureurs parvenaient à se détacher, parmi lesquels le narbonnais CABRERA, les marseillais MAES et DELETTRE ou encore le salonais YOLANDE. Toujours à l’affût, ces quatre là menaient bon train pour aller décrocher les primes. Une petite accalmie, puis, vers le 45ème tour, MAES et YOLANDE prenaient insensiblement le large. Derrière, on se regardait…..on se regardait trop. Le groupe ne devait pas revoir les deux fuyards qui allaient ensuite prendre un tour au peloton qui s’était entretemps en partie regroupé. Seul CABRERA et DELETTRE avaient pu s’en extraire mais il était trop tard. La victoire allait se jouer entre MAES et YOLANDE. La jeunesse du premier ne laissait aucune chance au salonais, largement battu au sprint mais qui pouvait à juste titre se satisfaire de ce beau résultat, lui qui court deux catégories en dessous de celle du vainqueur. Pour compléter le podium, DELETTRE réglait CABRERA au sprint. Le comité de Provence dominait ainsi l’épreuve en s’emparant des trois premières places. Plus loin arrivait le peloton dont s’étaient extraits, entre autres, GARANT et FOUCAULT, venus glaner les places d’honneur.

Du côté des locaux, il faut souligner la belle 12ème place de l’inusable Stéphane HEROLD, lui le vététiste triathlète. Il a su parfaitement gérer son effort, se trouvant régulièrement dans le bon groupe. Moins chanceux, son fils Maxime, auteur d’un bon entame de course, a du arrêter sur incident mécanique.
Enfin, saluons également la belle performance des deux coureurs d’UZES VELO CLUB qui se sont alignés au départ de cette épreuve : Pour Jean-Philippe CALLET, « simple cyclosportif », c’était une première. Après quelques premiers tours difficiles, il a su se mettre dans le rythme et terminer dans le peloton. Il se souviendra longtemps de ce baptême-là !
Tout comme Valentin AUBATERRE, notre vététiste. Lui non plus n’est pas un habitué de ce type d’épreuve mais, avec courage et ténacité, il a su aller au bout. Un grand bravo à tous les deux !
Finalement, avec la collecte effectuée auprès du public, ce n’est pas moins de 1800€ qui ont été distribués à tous ces coureurs, les remerciant ainsi largement des efforts accomplis.
Sur le podium, les meilleurs recevaient en prime fleurs, vin et ours en peluche, des mains du maire de la ville, enchanté du succès du Grand Prix, et la bise de la charmante Prescilla, Miss du pays d’Uzès.
En conclusion, une belle réussite à tous les niveaux qui ne peut qu’encourager le club à organiser en 2017 la 61ème édition de sa course la plus ancienne.

D.O

Le Classement 2016 cliquez ici

UZES VELO CLUB- chez Denis Orivelle -chemin Ségaras-30700- Montaren-06 27 81 35 23- dorivelle@hotmail.fr –association loi 1901 déclarée en préfecture du Gard le 16.12.92 sous le n°1-12635 – affilié FFC – Siret n°44793972900011

Sortie VTT du Mercredi 3 Août 2016

La ronde cévenole :

cevennes finielCe mercredi 3 Août, à 5h45 du matin, Yann, Gilles, Michel et Alain partent en voiture en direction du mas de la Barque. L’objectif est de rejoindre le sommet du Finiels par les sentiers, GR et autres pistes du lieu. A 8h30, nous lançons nos machines en suivant, par l’Est, le GR 72. 2 ou 3 Km plus loin, nous quittons ce GR pour nous engager sur un petit sentier qui traverse une majestueuse et imposante forêt de fayards. La lumière peine à traverser cette canopée intense, l’obscurité est accentuée par le port de nos lunettes de soleil. C’est une nocturne en plein jour ! Bientôt la forêt s’efface pour laisser place à une végétation moins dense, constituée d’arbustes de type genêt. D’immenses roches granitiques sont empilées ça et là faisant penser à une pluie de météorites. Nous écarquillons la prunelle de nos yeux comme pour mieux les remplir de cette vue à la fois si étonnante et si merveilleuse. Gilles exulte. Il est loin de sa Normandie toute plate. Peu à peu, le minéral prend le pas sur le végétal et nous nous trouvons sur une mer de roches qu’il faut traverser à vélo quand nous le pouvons, à pied quand la difficulté dépasse la mesure de nos possibilités. Notre itinéraire nous conduit, en ré-empruntant une partie du GR 72 jusqu’au pont du Tarn, ancien pont de construction romaine, dans un état de conservation parfaite. Là, un petit casse-croûte s’impose. Nous roulons depuis près de 2 heures mais, avec les arrêts de toute sorte ça fait 3 heures que nous sommes partis et le Finiels est encore loin. Nous repartons en suivant la rivière du Tarn par son aval. Le sentier qui le longe est de toute beauté. Des promeneurs de plus en plus nombreux se pressent sur ses berges. Quelques petits kilomètres plus loin, nous traversons la rivière à gué pour prendre la direction de l’Hôpital, ancien village médiéval qui tire son nom de l’hospitalité de ses habitants, notamment des templiers. Puis, c’est la direction de Salarial, autre petit village, que nous suivons. A sa sortie, nous admirons un ancien moulin à blé mu par la force de l’eau. Après Salarial et un peu de roulage facile, nous prenons sur notre droite, un chemin forestier qui grimpe dans la montagne. Il est long, très long. Heureusement Gilles et Yann entrent en action avec leurs bécanes motorisées et soulagent, en les poussant, les efforts de Michel et d’Alain qui n’ont que leurs guiboles pour les propulser vers l’avant. Ce chemin se termine sur la route, 2 kilomètres et demi avant le col du Finiels et c’est par là que nous l’atteignons. Mais, la montée n’est pas encore terminée car le sommet du mont, pelé comme un chauve, est bien plus haut. Les premiers hectomètres se passent bien mais, la pente se fait plus rude. Elle atteint vers la fin les 9% et la bande de roulage est loin d’être plane. Elle est constituée de creux et de mottes d’herbe contre lesquelles vont butter nos roues, les ralentissant sérieusement. Cette difficile progression est interrompue par des marcheurs qui nous font remarquer des « aigles qui planent au-dessus de nos têtes », un peu comme s’ils attendaient patiemment leur repas. En réalité, ce sont des gypaètes barbus, sortes de vautours, bien présents dans le milieu caussenard. Ils peuvent toujours tourner, ils n’auront pas nos restes osseux de si tôt. Les vélos à moteur entrent une nouvelle fois en action et nous atteignons le sommet exténués mais, ravis de notre arrivée en ce lieu grandiose. De là, la vue est magnifique, indescriptible. Par tous côtés, on domine tous les autres monts de la chaîne cévenole. Le lointain se perd un peu dans la brume. Il souffle un petit air vivifiant. A ce moment, on ne peut s’empêcher de se demander comment la nature s’y est prise pour créer des choses aussi belles. Des randonneurs à pied arrivent de toute part et s’étonnent, pour certains, que nous ayons fait l’ascension en deux roues. Il est vrai qu’il n’y a que 4 vélos en cet endroit: les nôtres. La faim commence à nous tenailler. Il est 13h30 et il est bien temps de penser à nos estomacs. Nous sortons nos repas froids de nos sacs et croquons nos sandwichs à belles dents. Quel réconfort ! Puis, c’est la descente rapide vers le col par un autre côté que celui de la montée. Alain fait un blocage de la roue avant et va brouter l’herbe du pré à vaches. Heureusement, pas de casse. Le retour se fait jusqu’à l’Hôpital par le même itinéraire qu’à l’aller. De là, nous allons par le GR 7, au pont du Tarn, le traversons et, par le GR 72, nous rejoignons nos véhicules après environ 55 kilomètres de roulage. Contents, fatigués, nous mouillons nos papilles desséchées d’une bonne boisson bien fraîche au café-restaurant du mas de Barque.

Superbe sortie que nous devons à Yann car, avec son GPS, c’est lui qui nous a guidé tout au long de cette journée passionnante. Merci.

____________________

____________________

Distance totale: 53393 m
Altitude maximum: 1687 m
Altitude minimum: 1257 m
Denivelé total positif : 1012 m
Denivelé total négatif: -1013 m
Durée totale: 07:00:45
Télécharger

Sortie VTT du Mardi 2 Août 2016

La ronde de Gilles:

sortie vacanciers argilliersCe matin, nous étions 6 pour une belle sortie VTT concoctée par l’ami Gilles: Yann, Nicolas, fils du voisin belge de Gilles, Joan et Bertrand, 2 sympas locataires de Gilles, Gilles lui même et ma pomme, Alain. Au niveau de l’équipement, il y a 2 VTT à énergie électrique et 4 à énergie musculaire.

Au départ, tous les sentiers ou presque que nous empruntons sont de beaux monos soit montants soit descendants qui nous rapprochent, via les carrières de Vers, du village de Castillon du Gard. La montée dans ce village est un peu rude mais, elle en vaut la peine. Nous déambulons ensuite dans les ruelles du village, en touristes attentionnés. Le revêtement du sol est finement dallé, les maisons sont toutes restaurées du meilleur goût, dans l’esprit d’époque. De magnifiques fenêtres à meneau, témoignage de leur origine moyenâgeuse, ornent de la plus belle façon les façades des maisons de pierre. Gilles veut nous montrer une ancienne léproserie mais, il en rate l’entrée et nous voici bientôt à la sortie du village. Tant pis, cela sera pour une prochaine fois. Le GR 63 nous conduit au rond-point de la route d’Uzès qui sépare celle des Croisées et celle de Remoulins. Nous prenons cette dernière direction pour arriver à Remoulins par un magnifique sentier longeant le Gardon, à l’ombre d’impressionnants canniers qui envahissent les berges de la rivière. Après le pont, nous prenons la piste cyclable qui conduit au Pont du Gard. Nous quittons celle-ci bien avant d’être arrivés à ce site pour nous engager dans un superbe mono qui emprunte la combe de Roussière et qui nous mène tout droit sur le plateau. La montée est longue pour arriver là, sur un pierrier pas toujours facile à négocier avec des parties cassantes obligeant parfois à descendre de vélo. Du sommet, nous dominons Saint Bonnet du Gard, Lédenon dans la continuité et un peu plus loin Sernhac avec ses fameux tunnels, vestiges de l’aqueduc romain. Nous poursuivons sur le chemin de DFCI, dépassons une des nombreuses citernes d’incendie et prenons une photo du groupe avec Argilliers dans le fond. Il fait beau, le vent léger qui souffle nous permet de nous aérer convenablement sans souffrir de la chaleur qui monte. Nous approchons du village de Cabrières après avoir contourné celui de Lédenon. Après encore un peu de roulage sur terrain plat, nous entreprenons la descente vers Collias par le Baumon. Le chemin suit plus ou moins la route et c’est au contour de l’un des lacets que nous apercevons Daniel de Blauzac qui fait son entrainement sur vélo de route. Nous taillons un instant la bavette avec lui. Arrivés au village de Collias, Yann qui doit rentrer nous quitte, le reste de la troupe va s’humecter le gosier avec du houblon bien frais au café du village. Puis, c’est le retour vers Argilliers, à travers les vignes et contre un vent capricieux. Une deuxième bière nous paraît nécessaire. C’est Nicolas qui nous l’offre chez lui, autour de sa piscine. Un vrai régal !

Cette sortie d’environ 38 kilomètres allie les passages faciles, techniques, ludiques et nous a bien plu par sa diversité autant sportive que paysagère.

________________________

Critérium cycliste de la ville d’Uzès 2016

Comme chaque année durant la fête votive, se tiendra le Critérium de la ville d’Uzès proposé et organisé par Uzès Vélo Club sous l’égide du comité des fêtes. Manifestation sportive festive où les encouragements du public sont très appréciés des compétiteurs durant les 70 tours du circuit urbain sur les boulevards ceinturant la ville. Plus de 1200 € de primes, obtenues auprès des nombreux commerçants partenaires, seront distribuées durant la course. Course relevée, réservée aux catégories 2 – 3, junior et pass open. Pour les compétiteurs, inscription sur le site ffc.fr. A l’arrivée, remise des prix et très nombreux cadeaux.

Ce dimanche 7 Août, venez encourager les cyclistes !

AffA3-Criterium2016

La route des vins 2016

Anita, Flo, Romain, Stuart, Philippe A, Daniel C, Daniel J, Hervé, Dominique LA, Stéphane, Maxime, Denis :  Finalement, nous étions 12 ce samedi pour aller faire la route des vins des Côtes du Rhône, Dominique s’étant souvenu au dernier moment de cette sortie programmée ! Maurice malade, n’a pu nous rejoindre. 7h30, tout le monde est au RDV. On démarre, en voiture, direction Chateauneuf du Pape. Là, pas facile de trouver un parking, mais finalement on arrive à se « parquer » comme dirait Romain. Les vélos sont vite sortis, un coup de pompe par ci par là, chaussures, casques, gants….. Stéphanie, notre nounou du jour, suit avec le Kangoo d’Hervé.  Super sympa de sa part, et vraiment pratique. On charge les glacières, le ravito et un peu de matos et nous voilà partis.
Le vent souffle, mais c’est acceptable. Les costauds passeront devant quand il le faudra. les filles n’auront qu’à baisser la tête pour rester à l’abri. Le ciel n’est pas super bleu. Mmmmmhh, on va quand même pas s’en prendre une, comme en Ardèche ! Bon, on verra bien…..
On s’échauffe, tranquille, en profitant du paysage. Petites routes sympas, peu de voiture. Arrêt pour s’alléger  du sous-maillot que certains avaient pris la précaution d’enfiler au départ.
Tiens, tiens, mais c’est le Ventoux qu’on voit là-bas ! Pas la peine de nous regarder comme ça, aujourd’hui, on reste en bas ! Et bon courage aux audacieux qui se lanceront à ta conquête, ça doit souffler fort là-haut sur ta tête ! Première difficulté, pas trop longue, on monte au village du Barroux. Chacun à sa main, ou plutôt à ses jambes. Devant, les Hérold se chamaillent, le père va gagner ce coup-ci ! Le fils crie vengeance !!!!
Les filles, bien chaperonnées, avalent ça sans difficulté. Suivent ensuite le col de Suzette, le plus  long, puis celui de la Chaîne. Plaisir dans les descentes, jamais piégeuses. Flo, traumatisée par sa chute du printemps, en profite pour reprendre ses automatismes. Ça revient, petit à petit, patience…
On continue, avec des petites routes toujours aussi agréables. On se demande bien comment Hervé a trouvé tout ça ! Chapeau ! On traverse un pont médiéval et peu après on revient sur quatre maillots bleus du club de Vaison qui nous voient passer d’un mauvais œil. Et bam, c’est parti, ils repassent. On n’attendait que ça ! Ca flingue gentiment, pour la rigolade. Steph et Max défendent bien nos couleurs. Le reste de la troupe n’est pas ridicule. Même Stéphanie dans la voiture, se  doutant du coup, est remontée pour voir le spectacle. Regroupement à l’entrée de Vaison. Salut les bleu, et sans rancune…
Les kilomètres défilent et certains estomacs commencent à grimacer…
Quelques coups de cul respectables, à 10 ou 15% puis Sublet arrive. C’est là que notre guide a trouvé une aire de pique-nique parfaite pour nous recevoir. Le casse-croûte est bien vite avalé, sourires et bonne humeur sont au rendez-vous, malgré le ciel qui se fait menaçant. Le tonnerre gronde…
Re-départ, reste 30 bornes, sans trop de difficultés. Le vent va nous aider à rentrer avant la pluie.
Aïe, Philippe éclate de l’arrière. Son pneu est bien amoché. En bon bricoleur, il a tout ce qu’il faut pour se dépanner. On repart, Dominique a resserré son blocage rapide avant. Jusque là, il a roulé avec le truc ouvert !!! Pas prudent ça ! Heureusement que Maxime s’en est rendu compte ! Sacré Dominique !!!
Tout ça nous retarde un peu et du coup, l’orage nous tombe dessus. Pas trop méchant quand même. Juste de quoi nous rafraîchir. Dernier faux plat pour remonter sur Chateauneuf du Pape. Belle partie de manivelle entre copains pour terminer…. Que du bonheur…..
D’autant que nous aurons traversé entre autres : Gigondas, Beaume de Venise, Vacqueyras…..
Passer devant tous ces crus prestigieux pour finalement terminer à l’eau, c’est quand même un comble…
Denis

or

La nocturne en plein jour…

La sortie nocturne de Gilles étant tombée à l’eau, nous avons tenu à quand même faire le parcours de jour.
Emeryc, Gilles, Camille, Bruno, Yan, Michel, Pierre (le breton), Valentin, Salim, Péto et Dominique sont au rendez-vous.
Le parcours de Gilles est superbe mais… Il faut bien maîtriser la rando de nuit pour s’en sortir sans trop de poussée d’adrénaline ! 25 km dont beaucoup de monotraces, quelques passages bien techniques, idéal … de jour. Mais nous essaierons de nuit, promis ! A l’arrivée ravito royal (pizzas maison, gâteaux, bières, boissons…) comme Gilles (et sa famille) savent faire. Vive la famille Bosnay !

or

VT’Truffes 2017 : Reco de la suite de la boucle 60 km

Gilles, Dominique, Joel, Bruno, Valentin, Daniel, Raoul et Emerik le fils du voisin de Gilles sont là ce dimanche matin. Nous sommes 8 pour repérer la seconde partie de la future grande boucle de la VT’Truffes 2017. Si la première partie fait la part belle au sable ocre quasi maritime et aux chemins typés cévenol, pour la suite nous retrouvons la dure garrigue Uzétienne.
Pour le moment, nous avons un obstacle vers Flaux dû à un mono montant en partie fermé, à voir s’il est possible de ré-ouvrir ou si nous prendrons une « tangente ». La très longue descente suivante sur Argiliers reste un pur bonheur. Après le passage « délicat » sur le vieux pont romain, Gilles nous propose une « montée impossible » vers un pylône HT… Très rude sauf pour lui et son VAE. S’ensuit une mono technique qu’il faudra un peu dégager sur les bords. Encore deux montées casses-pattes pour arriver sous le stade de St Siffret (second ravito pour le 60km ? A voir…). Ensuite c’est du connu avant St Max puis la combe de l’Evescat. Ce n’est pas fini, le parcours remonte par la « montée à 5 euros » (Pari ancien entre Valentin et Maxime pour arriver à son sommet – voir vidéo) puis ça monte encore pour rejoindre la table d’orientation et enfin la belle descente de Plantery. Retour théorique par la vallée de l’Eure.
En l’état, ce sera un sacré parcours ce 60 km. Il faudra être en forme pour en venir à bout correctement. Le travail continue… à suivre.

Classement général final du Challenge Gardois 2016

CGlogo

Voici les résultats de tous nos concurrents durant cette saison de Challenge Gardois XC.
A noter deux premières places, une seconde et deux quatrièmes. Tous le monde à fait preuve d’un courage et d’une ténacité exemplaire. Ces très bons résultats couronne la saison sportive de l’école VTT d’Uzès Vélo Club.

POUSSIN – BILLOTET JULLIEN > 1er

PUPILLE – TESTE LUCAS > 6
PUPILLE – DANION LÉO > 28

BENJAMIN – SAINT MARTIN PIERRE > 1er
BENJAMIN – AYRAL MAXIME > 11
BENJAMIN – GROUSSET CAMILLE > 24
BENJAMIN – GÉRASSE GUILLAUME > 44
BENJAMIN – FAGE BENOIT > 61

MINIME – BILLOTET MATHIEU > 4
MINIME – JEAN CLOVIS > 34
MINIME – CASTELAIN RÉMI > 44

ESPOIR – AUBATERRE VALENTIN > 2sd

MASTERDAME – BLANC NATHALIE > 4

MASTER30 – BOYER CYRIL > 55

MASTER40 – JEAN DANIEL > 29
MASTER40 – BILLOTET CHRSTOPHE > 87