TRJV 2016 – Chanac, que d’eau, que d’eau !

Lucas et Rémi sont arrivée la veille sous le soleil pour la reconnaissance de la course d’orientation à l’opposé de celle de l’année dernière. Daniel et Gérard ont accompagné fils et petit fils et c’était bien agréable sous le soleil et les paysages des Causses. Au réveil le Dimanche ciel voilé et froid, arrivé sur le Causse pour la compétition rafales de vent et 12 degrés, quel changements. Après nous avoir parqué comme des moutons les organisateurs ont pris en charge nos enfants pour la course. Ils sont revenus vers 11 heures, transit!!!!! mais ils ne se sont pas perdu, Lucas termine 16 éme et Rémi 47/64, ont fera mieux la prochaine fois surtout que le terrain était très étendu et il fallait veiller au temps pour ne pas être pénalisé.
14 heure départ du XC, 14h30 pour Lucas et à partir de là la pluie commence à tomber, 3 boucles de 1.2 km pour Lucas où il doit terminer 6 éme, bravo car c’était pas facile vu la qualité des engagés et surtout dans ces conditions. Puis la pluie redouble et le départ des minimes est donné sous une vraie pluie Cévenole dense te froide. 1 boucle de 1.2 km et 2 boucles de 3.2 km dont un passage dans la DH. Au départ on se serai cru à un départ de Formule 1, la pluie ajoutée aux éclabousures des vélos, une vraie machine à laver! Il a fallu un courage de guerriers pour terminer la course, froid, boue, eau, lunettes ect ect de quoi capituler. Pratiquement tous les coureurs ont terminé sauf panne, abandon et disqualification si doublé par les premiers. Parti de l’avant dernière grille car il y avait 62 engagés et les meilleurs, Rémi a fait un très beau départ et jusqu’au milieu de la course il était dans la première moitié il a du terminer à la 42 éme place mais on a pas pris le temps de voir les résultats car presser de se changer et de rentrer. J’espère que chacun des coureurs connaissent des conditions pareilles car c’est là que l’on apprécie nos gamins, peu importe les résultats, ils expriment le courage la ténacité et un avenir certain les attend, d’ailleurs le speakers a commenté que c’est dans ces conditions que l’on reconnais les futures champions. Pas de podium à Chanac mais Lucas et Rémi ont représenté avec brio et courage le club.
Daniel.


Photos : ©DCastelain

Quel dimanche, 6 podiums pour Uzès Vélo Club !

Septième manche du Challenge Gardois XC à St Théodorit. 7 jeunes et 3 adultes étaient sur la ligne de départ.
Master homme : Daniel Jean – Master femme : Nathalie Blanc – Espoir : Valentin Aubaterre – Minimes : Mathieu Billotet – Clovis Jean – Benjamin : Pierre St Martin – Maxime Ayral – Camille Grousset  – Poussin : Julien Billotet – Prélicencié : Hugo Ayral
Encadrants : Dominique – Denis – Daniel – Romain – Christophe

Dès 9h, le stand Uzès Vélo Club est en place pour acceuillir au mieux nos concurrents. Le circuit proposé par St Théodorit doit sa difficulté principale à la très longue cote qui sert de départ. Ensuite une succession de monotraces sont là pour éprouver les organismes. Il y avait, en même temps et c’est bien dommage qu’il n’y ai pas d’entente sur les calendriers, un TRJV à Chanac. Les concurrents sont donc réparti sur les deux courses et les forces en présence s’en ressentent…
Sur les courses du matin, Daniel assure une belle place bien dans son rythme. Valentin claque le premier podium du jour et Nathalie l’imite dans sa catégorie.Matthieu et Clovis font chacun leur meilleure course de la saison, deuxième place pour Matthieu ! Les choses s’annoncent bien.
La pause de midi est un bon moment convivial où les blagues fusent, l’ambiance est à la détente et la bonne humeur. Puis il est temps d’aller repérer sérieusement les parcours de l’après-midi. Hugo et Julien ouvre le bal et ne font pas de quartier, victoire pour tous les deux ! Les Benjamins clôture les courses et Pierre est attendu au tournant… Nos trois p’tits gars roulent très bien chacun avec ses possibilités, Maxime et Camille font plaisir à voir. Pierre fait le 1er tour en tête puis, stratégiquement, laisse son principal adversaire passer devant durant le second tour puis en remet une couche dans le troisième pour passer la ligne d’arrivée en solitaire. Quelle belle course plein d’assurance.
La remise des prix et un très bon moment de fête, le Club est constamment appelé sur les podiums c’est grisant. Nous pouvons même (comme les autres clubs) faire une série de photos avec tous nos gars des courses de l’après-midi sur les trois marches, quel souvenir ! Pour finir en apothéose, les organisateurs de St Théodorit ont la très belle idée de récompenser tous les participants Benjamins avec une médaille, les bouilles radieuses des enfants font plaisir à voir.
6 podiums c’est une première, vivement la prochaine manche !
Rajoutons aussi le podium de Stéphane Hérold dans sa très relevée catégorie, l’école VTT lui doit beaucoup.
Tous les résultats sur le site du Challenge Gardois > ici
Dominique


Sortie VTT 15 Mai – Même parcours que la veille…

Même parcours que la veille (les circuits projet Nocturne, chut…) avec Nathalie, Bruno et Thierry. Les 2 gars sont des habitués des randos nocturnes et leur avis de vieux briscards compte. Voici leur sentiments : Dans leurs grandes majorités, les parcours conviennent très bien à ce type de randos, même un chemin un peu « longuet » comme la jonction entre Blauzac et Vic passera bien en nocturne. Pour Thierry et Bruno, le monotrace en balcon avec l’aplomb à droite qui contourne Blauzac n’est pas un gros problème en roulage de nuit mais rien n’empêche – au contraire – de veiller à élargir un peu la trace sur le gauche de ce chemin en coupant quelques genêts et autres « obstacles naturels ». Finalement, pour eux, c’est plutôt le retour par la plaine qui est trop monotone. Est-il possible de serpenter un peu entre les parcelles de vignes pour le rendre plus ludique ? A voir sur place.
blauzac-2016
Le grand circuit à été rondement effectué, ça été aussi un bon entraînement pour Nathalie avant la prochaine manche du C Gardois de St Théodorit.

Dominique

Sortie VTT du Samedi 14 Mai 2016

16_05_14la_librotte_rec

16_05_14gouter 16_05_14vtt_mariage_grd_mas

La rando de Blauzac :

Aujourd’hui, nous avons un objectif de sortie un peu particulier, celui de trouver un parcours adéquat pour organiser une randonnée nocturne. Participent à cette prospection: Françoise, Catherine, Gérard, Thomas, Dominique, Gilles, Joël, Alain. Nous nous rendons directement au Grand Mas d’où doit être donné le départ de la rando. Là, nous retrouvons Raoul et son fils Guillaume, Daniel et son fils Clovis ainsi que Nicolas. Ils sont tous Blauzacois, connaissent parfaitement le secteur et viennent nous aider dans notre recherche. Nous partons tout d’abord sur les sentiers habituels que nous connaissons tous lorsque nous évoluons dans ce secteur : passage aux 3 capitelles, au mas de la Librotte et arrivée à Blauzac. Petite incursion dans le village pour retrouver un peu plus loin l’ancien moulin et le chemin qui mène vers Vic. Arrivés sur la route, nous roulons un petit moment en direction d’Aubarne avant de bifurquer à gauche pour évoluer sur de magnifiques sentiers. Dans un passage un peu caillouteux, au moment d’une reprise de pédalage, le vélo de Gilles fait un premier bruit, un peu sec mais, pas trop inquiétant pour que l’on s’en soucie. Peu après, le vélo fait un deuxième bruit sec et métallique. Gilles descend de vélo et nous dit : « je viens de casser quelque chose dans le moteur, surement la goupille qui relie l’axe d’entrainement au pédalier » et il nous montre celui-ci qui tourne dans le vide. En fait, nous nous apercevons très vite que c’est la cassette arrière qui n’accroche plus : les cliquets qui l’entraîne se sont rompus. Impossible de réparer sur place. Gilles doit nous quitter et rentrer chez lui accompagné par son épouse qui, alertée par ses soins, va venir le chercher. Pauvre Gilles, il va être privé du reste de cette belle sortie. Nous atteignons bientôt le GR qui mène en direction du Castellas et, toujours guidés par nos amis de Blauzac, nous empruntons un long sentier plutôt plat et rectiligne mais un peu difficile à négocier à cause des pierres et des blocs de rochers qui tapissent l’endroit. Ce sentier rejoint le GR un peu avant Vic. Dans le village, nous prenons le chemin descendant qui mène vers le pont Saint Nicolas. Avant d’arriver à celui-ci, nous bifurquons à gauche pour nous diriger vers Campagnac. Nous évoluons ensuite sous la Martre par des sentiers dont nous n’avions pas connaissance, sauf bien sur nos guides du jour. A un moment, nous sommes obligés de rebrousser chemin à cause d’un barrage constitué de gros piquets de bois, de fil de fer et de barbelés interdisant tout accès. Le lieu est pourtant balisé de jaune comme chemin de randonnée. Allez comprendre….. Heureusement nos amis de Blauzac ont plus d’un tour dans leur sac et ils nous trouvent aussitôt un autre passage tout autant pittoresque. Traversant un peu plus loin le petit ruisseau qui coule sous la Martre, nous regagnons Blauzac par un joli mono. De là, il nous est facile de rejoindre le Grand Mas en passant par le vieux pont romain.

Ce circuit est très plaisant, plein d’inattendus et convient parfaitement à une randonnée organisée. Mais, de nuit, certains passages pourraient se montrer inhospitaliers voire même dangereux à cause de la difficulté du terrain. Il faut continuer à travailler dessus pour retenir un tracé parfait où chaque participant trouvera son compte d’émotions et gardera de beaux souvenirs de sa randonnée nocturne.

Merci à Raoul, Daniel, Nicolas et leurs enfants de s’être joints à notre groupe pour nous faire découvrir de nouveaux et somptueux chemins.

______________________


La tracede gerard  sur Mygpsfile : cliquez ici

La trace de gerardsur garmin (meme pas une carte ign)

Week end de l’Ascencion chargé pour Rémi !

Week end de l’Ascencion chargé pour Rémi ! Le jeudi il a participé à un Cyclo-Cross à Nîmes et a sa première course sur route soit 22 tours autour du stade des Costières. Rémi se classe 19/34 au Cyclo-Cross et 19/34 à la course (49mn à 32km/heure de moyenne). Il est 19/34 au classement général. Nous sommes très fier de lui et ça fait parti de ses rêves !!!!!
Vendredi TRJV, repérage XC et DH à Montardier puis DH en compétition le samedi (1er run moyen avec une chute et superbe seconde descente, Rémi a été appelé par le speaker pour qu’il lui explique son bon second run, c’est encourageant malgré un méli-mélo décevant au classement final) et enfin XC en compétition le dimanche. Mais il a fini par payer ses trois journées d’effort…
Daniel



Photos © DCastelain

TRJV et Challenge Gardois à Montardier

Le compte-rendu de Camille (maman de Pierre)
Samedi, pour la première partie du TRJV, soit le slalom vitesse, sont présents : Lucas Teste, Remi Castelain et Pierre.
A l’issue des 2 descentes, Lucas se classe 2°.  Rémy 43° et Pierre se classe 10°. Cette journée s’est déroulée sous un soleil éclatant (alors qu’il a fait un temps pourri le lendemain). Dans l’après-midi, Nathalie et Pierre-Louis sont arrivés avec leur « camping-car » et la tente du club, très utile pour se protéger du soleil puis de la pluie le lendemain.
Après les épreuves de descente, les organisateurs ont fait participer les accompagnants à un TRVV (trophée régional des vieux vététistes). Nathalie et moi y avons participé. Il fallait faire 3 tours du XC des  poussins + leur DH. Nathalie a fait les deux épreuves et moi seulement le « XC ». Les premiers m’ont mis un tour et m’ont effrayée quand ils m’ont doublée. D’ailleurs, je trouve que sur la photo où j’apparais, les coureurs derrière moi me font penser à une horde de loup et moi, une frêle brebis… Pas de podium pour Nath, mais un moment convivial.

Le lendemain, Nathalie n’a pas fait sa course car elle a passé une très mauvaise nuit dans son « camping-car ». Je crois que la baisse de température l’a surprise.
Etaient présents pour le XC qui comptait à la fois pour le Challenge Gardois et pour le TRJV pour ceux qui avaient participé au SV : Stéphane, Valentin, Mathieu, Clovis, Rémy pour le matin puis, Hugo, Julien, Lucas, Maxime, Camille et Pierre.
La pluie a épargné les courses des petits puis s’est mise à tomber fortement pour la remise des prix. Je sais que Pierre a fini 2° au XC et 4° au final du TRJV. Pierre a bien géré sa course. Il était 4° au début puis a su gérer son effort pour finir 2° (dixit Denis) Je sais que Maxime Ayral est tombé au départ mais est bien remonté. Pour les autres, je ne sais pas.
Au final, Hugo Ayral monte sur la 1° marche du XC. Pierre sur la 2° et Lucas fait également 2° pour le TRJV ! Bravo à tous nos jeunes.

Mont-7-

Les résultats complets par Valentin :
Remi Castelain termine avec une 43° place à la descente du TRJV et une 35° place au XC du TRJV.
Poussin : Julien Billotet termine 14° après une petite chute au départ, mais effectue tout de même une belle remontée.
Pré licencés : Hugo Ayral gagne la course ! Comme d’habitude 🙂
Pupille : Lucas Teste réalise une superbe 7° place derrière un joli niveau. Second au final du TRJV
Benjamin : podium et 2° place pour Pierre Saint Martin qui effectue une très belle gestion de course. Après être passé 4° à l’entame du dernier tour il parvient à reprendre les 2 autres concurrents ! Bravo !
36° place pour Maxime Ayral qui s’arrache jusqu’au bout en lançant le sprint !
Notre Camille Grousset termine à la 41° place, aussi en sprint et n’a pas démérité !
Minime : Matthieu fait 15°, Rémi 35° et Clovis 38°.
Espoir : Je termine à la 4° place espoir, à 1min40 de la 3° place et effectue une 16° place scratch!


Ce fut un week end frais et légèrement pluvieux mais joyeux! Organisation et parcours magnifiques proposé par le club organisateur, avec un très bon balisage et de superbe sentiers joueurs !

WE de l’ascension 2016, VTT dans le massif de l’Estérel

Gilles avait proposé ce WE dans le massif de l’Estérel depuis longtemps. Méformes, maladies, et empêchements de dernières minutes ont réduit comme peau de chagrin les troupes… Nous seront donc 2, Gilles et Dominique. Du coup, Martine profite du voyage, la plage de St Rapahël lui tends les bras !

Superbement et généreusement installé dans la famille de Gilles (appartement vue mer , votre prochaine location, peut être ?), nous attaquons ce massif de l’Estérel dès le Jeudi AM pour un premier tour de découverte…

Jeudi  – Jour 1 – Le Mont Vinaigre
esterel3
Le Mont Vinaigre culmine à 633 m au dessus de St Raphaël. C’est donc une ascension assez directe qui nous attends. 24 km de montée puis descente directe au retour. Nous sortons par le quartier de Valescure puis au détour d’une petite route nous attaquons rapidement le premier monotrace. La sensation est bluffante, immédiatement, alors que nous sommes à 3 minutes des habitations, le petit chemin en balcon serpente dans une végétation étonnante composée de garrigue et de mimosas. Le massif se découvre, sauvage, technique, truffé de chemins, dominé par des sommets abrupts, c’est à couper le souffle. Souffle dont nous aurons bien besoin pour gravir ce chemin qui s’élève franchement dans la caillasse. Caillasse très aiguisée qui tranchera facilement mon pneu arrière (bien trop soft pour ce terrain, les gars du coin roule en enduro, Santa Cruz règne en maître, avec de bons gros pneus). Réparation avec chambre (Grrrr) et prière pour que ça tienne. J’adopte un roulage plus « sensible » au sol. Gilles me propose ensuite une série de pistes plus larges et plus roulantes qui nous hissent jusque’à une maison forestière, terme de la piste. Pour monter au sommet reste une petite route en lacet que nous montons à bon rythme (et au petit bruit constant du VTT AE de Gilles…). Un dernier portage jusqu’au point de vue et nous y sommes ! Et la vue en vaut la peine, c’est époustouflant. St Raphaël est tout petit en bas, quelle ascension ! Quelques photos et il est temps de songer à redescendre. A nouveau le bout de route puis Gilles me propose un monotrace annoncé de 17 km tout en descente !  Nous filons prudemment mais rapidement. Le chemin défile, il est parfait. Nous traversons une forêt d’Eucalyptus annonçant la fin de ce chemin. Quel bonheur. Puis une piste large et vallonnée nous ramène à vive allure dans les faubourgs de la ville jusqu’à un demi bien frais et mérité. 48 km Fin jour 1.

Vendredi – Jour 2 – Le barrage de Malpasset
esterel1
Les vestiges du barrage de Malpasset, ayant causé une terrible catastrophe, seront l’attraction de cette boucle. Nous commençons par chercher un bouclard susceptible de me vendre une chambre à air, mais le magasin fait le pont… donc obligation de rouler très propre durant les 2 jours restant. La sortie de ville est la même, mais nous continuons directement sur une grande piste car Gilles veut me faire prendre une sorte de canyon qu’il connaît et qu’il aime. Ce canyon (piste du Perthus) serpente en suivant le ruisseau du Maraval. Il est fortement enchâssé entre des roches à dominante rouge, l’endroit est extraordinaire, un vrai petit coin d’Amérique. Cette étroite piste fait plusieurs km de long et son ascension est un sacré effort. Au bout se dresse la Stèle en hommage au créateur de Parc de l’Estérel (Auguste Muterse). Une très rude montée mais le paysage en valait grandement le détour. Nous sommes à nouveau sous le Mt Vinaigre, puis nous allons jusqu’à la maison forestière d’où nous descendons vers le lac de l’Avellan, charmant lieu de pêche et de pique-nique. Nous enchaînons les pistes (dans un paysage encore très Américain, pistes larges et très dures dans un décor de terre rouge et de végétation rare) et les dénivelés jusqu’à passer sous l’autoroute et la longer par un chemin proposant de terrible « coup de cul » bien sec et court. Gilles me booste pour que je les franchissent sur le vélo, ce que je ferais mais à la limite de l’équilibre… Ensuite nous empruntons un « chemins des crêtes » jusqu’au ruine de Malpasset. Ce chemin est rapide et magnifique. Pique-nique au pied des vestiges du barrage, les immenses blocs de bétons arrachés jonchent encore le lit de la rivière, c’est très impressionnant. 30 minutes d’arrêt et il est temps de repartir.  Encore quelques chemins puis le retour final s’effectue par la route, très empruntée, qui nous amène (sueur froide à quasiment tout les ronds-points) à la base nature de Fréjus, lieu de départ du célèbre Roc d’Azur. C’est ici que nous boirons la bière de l’arrivée ! La route du bord de mer nous offrira un retour touristique sur St Raphaël. 73 km Fin jour 2.

Samedi – Jour 3 – Le pic de l’Ours
esterel2
Durant les 2 premières sorties, le fort acéré pic de l’Ours nous regardait d’un air menaçant. C’est le but de la troisième sortie proposé par Gilles. Départ comme d’hab’ par le quartier de Valescure puis succession de pistes roulantes et vallonnées. C’est la troisième sortie, il faut se ménager. Nous roulons notamment sur un beau chemin qui serpente en fond de vallée en suivant un ruisseau qui alimente de lac de l’Ecureuil (haut lieu de promenade touristique). Il est temps de dire que Gilles maîtrise parfaitement ses parcours grâce à sa technologie embarquée. Les arrêts, le temps de caler le GPS, sont courts et efficaces, bravo ! Mais hélas voilà le 1er bug. Nous montons, montons un piste difficile et caillouteuse qui rend très mal sous les roues. Au bout d’un moment Gilles s’arrête pour me dire « on est pas sur la trace, faut faire demi-tour… » Ok, pas de problème on redescend de plus belle pour suivre le bon tracé. Nous approchons du lac de l’Ecureuil et commençons à monter une nouvelle piste, hélas bug 2, ce n’est pas la bonne « demi-tour again… ». Le bon GR est de l’autre coté du lac (complètement sec d’ailleurs), le GPS se cale, Gilles aussi et c’est parti ! Le GR est un… GR donc pas vraiment fait pour le vélo. Avant de le monter nous discutons avec un vététiste local qui pense qu’avec le VAE de Gilles ça peut passer mais moi avec mes « p’tits pneus » il y a peu de chance… Zou, courage ! Je fait 100 m en montant en force dans la caillasse et c’est tout. Trop pentu, sol trop meuble, trop de racines, bref le GR c’est à pied. Gilles et sa force électrique crapahute parfaitement sur ce mono bien technique, c’est le roi de l’électrique ! Heureusement au bout d’un bon km le monotrace « s’horizontalise ». Gilles m’attends et nous pouvons continuer en pédalant. Je sent que je manque de forces et de pep’s, le chemin est un petit calvaire, il me faut encore du temps avant de comprendre que je suis en hypoglycémie. Je n’en peux plus… Finalement je propose un arrêt « barre de céréales » qui me remettra sur pied. Ce GR débouche sous le pic de l’Ours il nous reste donc le plus dur à faire. L’ascension finale se fait par une ancienne route fermée à la circulation. C’est un petit Ventoux, nous voyons toujours le sommet du pic et son bâtiment, la route serpente en de longs bouts de tout-droit et virages en épingle, heureusement la pente n’a rien à voir avec le géant de Provence. Au somment la vue à 360° et impressionnante, de Cannes à Fréjus, nous dominons toute la côte d’Azur, c’est merveilleux ! Le pique-nique est bien mérité. Puis nous redescendons la petite route en direction du col de Lestisque où nous avons repéré (du sommet bien sûr) un beau chemin descendant. Chemin long de plusieurs km qui s’avère être celui que nous avions montés pour rien bien plus tôt. Nous avons croisé plusieurs fois une famille (Père, Mère et Fille à VTT – top matos tous en Orbea carbone) autour de pic de l’Ours et Gilles se fait une belle séance de « tirage de bourre » avec le Père. Il nous donneront quelques indications pour le retour, sympa les Vététistes du coin. Nous descendons encore jusqu’à la ville de Agay et nous longeons la côte jusqu’à St Raphaël, route parsemée de villa plus belles les unes que les autres… Ah, la riche côte d’Azur… Pas de bière mais un Coca pour finir car la route du retour nous attends, 2h30 plus tard nous sommes sur l’autoroute direction Uzès. 53 km Fin jour 3

Ce massif de l’Estérel est une pure merveille. Nous avons emprunté de formidable parcours mais il y a encore des milliers de chemins en tout sens qui donnent envie de revenir rouler ici. Alors les amis, si Gilles vous re-propose un WE dans l’Estérel n’hésitez pas c’est une chance quasi unique de rouler dans des conditions mémorables.

 

Sortie VTT du Samedi 7 Mai 2016

La boucle du Montaigu :

Françoise, Patrick et Patrick, Jean-Marc, Thomas, Jean-Luc, Daniel, Luc, Raoul, son fils Guillaume et Alain. Aujourd’hui ce sont 11 vététistes qui partent à l’assaut du Montaigu.

alainascension
Il fait beau et c’est peut-être bien le jour qu’il faut pour prendre de la hauteur. Le départ se fait par le pin Bérard suivi de la montée à Saint Siffret par le sentier qui conduit au chemin des planes. Cette première côte est difficile car les organismes ne sont pas encore fins prêts à l’effort physique qu’on leur impose. Le roulage au sommet de la crête nous permet de nous refaire une santé. Nous traversons le village de part en part et restons sur le grand chemin jusqu’après Flaux où nous entreprenons la descente par un sentier, heu! par ce qui était un sentier car les pelleteuses sont passées par là et ont raclé le sol au point que la bande de roulement est devenue lisse comme le crane d’un chauve. C’est ainsi jusqu’au bas de la pente, exactement jusqu’au cimetière du village. La jonction avec Saint Hyppolite n’est guère mieux car le chemin, autrefois chaotique à souhait pour notre sport, a été revisité par les cantonniers qui en ont fait une piste à engins motorisés. Manque plus qu’à faire passer la goudronneuse! Avant d’attaquer la grimpette qui mène au rocher du Montaigu, nous faisons le plein de nos gourdes, déjà vides car il fait chaud, à la source qui coule dans le secteur de Rouziganet. L’eau est claire et limpide, fraiche à souhait et nous en buvons de belles gorgées. Le début de l’ascension, au milieu des pins, n’est pas très dure, bien que quelques poussettes, par endroits, soient obligatoires. Qu’il est doux d’entendre le bruissement des branches mollement agitées par le vent! Qu’il est agréable de respirer l’air embaumé par la chaude odeur de résine! Cela nous encourage dans nos efforts et nous aide à oublier la fatigue ressentie dans les passages abrupts. Bientôt, nous débouchons au sommet du Montaigu. De là, nous contemplons la campagne environnante, belle comme un académicien dans sa tunique verte. C’est peut-être un brin exagéré mais, c’est vrai que la campagne, au printemps, offre une vue magnifique et mirifique. Nous tirons les biscuits de nos sacs et les grignotons avec délectation avant de nous diriger vers Roc Fourquat et ensuite vers Saint Victor des Oulles. Une belle descente sur un mono parcourant une forêt dense et odorante nous ramène au niveau de la plaine. Laissant les bois dans notre dos, nous traversons celle-ci en direction du « moulin neuf » puis, par la route, nous rejoignons Saint Quentin la Poterie. Nous rentrons à Uzès par le chemin de liaison habituel.

Beau circuit, varié, qui reprend en partie le tracé de notre « Vététruffes » notamment du côté de Saint Hyppolite et de Saint Victor. De bons souvenirs resteront de cette rando malgré une chute, au tout début, pour Jean-Luc et une autre, vers la fin, pour Patrick Gerbaud. Ces chutes ont été heureusement sans gravité apparente car tous deux sont repartis sur leur vélo de plus belle.

__________________

Cyclo du Minier par Valentin

90kms, 6 cols, presque 2000m de dénivelé, pas simple de faire sa première cyclosportive dans ces conditions (énormément de vent!!!). J’ai réussi à tenir les 25 premiers kilomètres dans le peloton et j’ai ensuite été contraint de lâcher car l’allure était trop importante pour moi. J’entame alors une course quasiment en solitaire, dur pour le moral, mais je rattrapais des groupes ayant lâché eux aussi, ce qui me boostais aussi ! Ainsi plusieurs petits groupes se forment et dans le derniers col, l’un des plus long, je craque et n’arrive pas à tenir le rythme de mon groupe, sentant l’hypoglycémie arriver.. Je m’accroche tout de même tant bien que mal, je double d’autres concurrents qui étaient en hypoglycémie et j’accroche l’arrivée au Pôle Mécanique d’Al7s en 3h15 de course. Ce n’est pas une superbe performance mais pour ma première je suis content, avec un parcours comme celui-ci et une moyenne personnelle d’un peu plus de 29km/h. Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas du tout le même sport que le VTT !!!
13153290_10208961568013807_763022105_n
Valentin