Vetathlon St Siffret 25 oct 2015

le circuit a été reconnu et valider çe mercredi par jean Renaud, GEORGES , petot , joel et moi meme

pour le voir cliquez ici

10 km pour les coureurs à pied comme l’année derniere

par contre 20 km pour le VTT avec un parcours modifier

cause arbres et combles non exploitables dont levescat

Pour rappel

Dimanche 1er novembre à Congéniès
Dimanche 15 novembre à saint séries
Dimanche 6 décembre à Calvisson

 

 

 

Sortie VTT dans les Cévennes « Route du lait »

trois joyeux lurons sur une sortie dans les cevennes

Yan, Michel et moi

depart ales par le train qu’à la bastide

rando VTT de 45 km pour revenir à Vilfort pour reprendre le train jusqu’à ales

1000m de D+ et 1400 de D-

genial ca va descendre mais én fait il y a de sacrées montées

retour par une super descente sur vilfort

sauf qu a Vilfort la micheline en panne a genolhac

donc Yann a téléphoner à sa femme qui a fait 2 h de routes pour venir nous chercher et nous ramener a ales

retour 8h30 chez nous

merci Yann pour la balade et merci à ta femme pour le taxi

Mardi 11 Août 2015 

Petite descente à VTT dans le Forez :

Petite rando de reprise ce matin avec mon ami Philippe (Chassagnette). Nous sommes en vacances en Auvergne du côté d’Ambert et pour ce dernier jour après moult promenades (dont une à VTT), parties de pétanque et autres loisirs sportifs et culinaires, nous décidons de tenter une descente par une partie de montagne jusqu’alors inconnue de nous mêmes. Tout d’abord nous rejoignons le col des Pradeaux. Facile. Cela se fait dans le confort de mon Kangoo. Arrivés au sommet, nous enfourchons nos bécanes pour faire la jonction avec un autre col, le col de Prabouré. Ma voiture repart conduite par un troisième collègue qui ne participe pas à la sortie.

Le départ est un peu difficile car nous sommes froids et il faut commencer par une grimpette. Le chemin est large, carrossable, la pente n’est pas très raide mais, elle est un peu longue. Près de 4 kilomètres. Ensuite nous roulons sur un chemin tout plat, un brin caillouteux et nous pouvons commencer à prendre un peu de vitesse. La forêt tout autour de nous, majestueuse, semble s’éveiller. Bientôt les bois laissent place aux parcs à estive. Des chèvres broutent l’herbe d’un pré. Le bruit fracassant d’un avion à réaction passant au dessus de leur tête les éparpille en tous sens. Un peu plus loin, nous rencontrons un troupeau de vaches. Elles paissent, tranquilles, et ne font pas cas de notre passage. Elles ont commencé leur production laitière de la journée et il ne faut pas déranger ces dames ! Le col de Prabouré n’est plus très loin. En hiver, il est le point de départ d’une petite station de ski de fond locale. A présent le chemin descend en une pente douce qui va en s’accentuant. Nous rejoignons bientôt la route en dessous de la station. Nous prenons en face de l’autre côté de cette route et nous nous engageons sur un chemin d’abord boueux, inondé ensuite par les eaux de pluie de ces jours ci. Un peu de roulage dans la forêt, heureusement pas très dense à cet endroit, nous permet de retrouver le chemin un peu plus bas et surtout devenu davantage praticable. La pente est assez raide. Ornières, pierres, racines, branchages jonchent le sol. Tous les ingrédients d’une parfaite descente en VTT sont réunis. Nous exultons. Atteignant un petit hameau, nous nous apercevons après consultation de la carte que nous sommes descendus trop bas. Alors, il faut remonter et surtout changer de versant. Heureusement cela se fait par une petite route goudronnée. Mais, je dois tout de même faire un brin de poussette car je ne veux pas repartir d’ici avec l’hélicoptère du SAMU. Arrivés à une ferme, nous demandons notre route. Chance. Il faut contourner la ferme et prendre un chemin à travers bois pour rejoindre la petite ville de Saint Anthème et revenir ensuite facilement à notre lieu de villégiature.

Le retour est donc plutôt cool par une belle forêt de hêtres sur un chemin descendant très agréable puis par une belle petite route de campagne qui mène à travers prés jusqu’au village d’où nous sommes partis. La prochaine fois, forts de nos erreurs, nous ferons mieux….

____________________

Deux champions Uzétiens au sommet du VTT

Stéphane Hérold est un enfant d’Uzès, où il est né  en 1968. Il a fait  toutes ses études de l’école maternelle au lycée, il y a pratiqué plusieurs sports. Il y est pompier professionnel depuis 1992 et a gravi tous les échelons jusqu’au grade d’adjudant-chef. C’est un homme discret qui n’aime pas parler de lui. Et pourtant ! Il s’est  illustré en devenant champion de France de VTT des sapeurs-pompiers en vétérans 1 en 2009, 2010 et 2013, et vice-champion du monde en 2013.

maxime-et-stephane-herold_1230035_667x333
Au cours de ce périple qui lui faisait parcourir plusieurs fois par semaine les routes et sentiers de la région, il est accompagné par son fils Maxime dont il prévoyait l’épanouissement au plus haut niveau.
2014  allait être  l’année de la révélation. Stéphane Hérold qui est licencié au Vaunage passion vélo, malgré ses 46 ans, a continué à entretenir sa condition physique et s’est classé 3e au championnat du monde VTT vétérans 1 des pompiers en Suisse, en juin, et 5e en Allemagne au championnat du monde de triathlon.
Maxime, qui a tout juste 20 ans, qui est licencié à Calvisson VTT est devenu en juillet champion de France VTT seniors 1 fédéral  et en septembre, en Alsace, champion de France seniors 1 des pompiers. Vainqueur également du scratch seniors 1,  seniors 2. En juin, il s’était classé 4e au championnat du monde seniors 1 des pompiers et il a remporté le championnat régional fédéral de, VTT à Arles-sur-Tech. En mai, Stéphane a participé au cross country éliminatoire XCE qui voit s’affronter quatre coureurs  sur des parcours courts très techniques et il s’est toujours qualifié pour les finales malgré la présence de l’élite de France, Allemagne, Andorre, République tchèque. Ces résultats lui ont valu d’être sélectionné en équipe de France et de participer en juillet à la coupe France élite où il s’est classé 5e et 6e de deux courses différentes.
Ces excellent résultats qu’il doit à un entraînement intensif avec Olivier Maignan, l’entraîneur de l’équipe pro AG2R, et Christophe Plantier, technicien de l’équipe de France  VTT,  permettent à Stéphane Hérold de nourrir de grands espoirs : « En 2015, en continuant sur ma lancée, je souhaite entrer dans le top 10 du VTT français, d’être sélectionné en équipe de France, et, pourquoi pas, de devenir professionnel. » Son sérieux et ses qualités hors normes peuvent lui valoir de voir son rêve devenir réalité.(Source Midi Libre)

Au bon plaisir de Michel

Cette semaine Michel nous a demandé d’avancer l’heure de départ de la sortie du samedi à 8h. Le mail en ce sens circule et tout le monde est d’accord. Nous sommes donc 12 à 8h au rond-point de la poste où nous attendons Michel. L’homme arrive… tranquille, en tongs avec son panier pour les courses… « Heu, j’ai un empêchement, je peux pas venir ce matin» Dit, décontracté ce sacré Michel.
miche
Nous avons quand même bien roulé, 85 km pour moi. Un peu sec au retour… sacré Michel…

A vendre Garmin egde GPS vélo

Vends Garmin Edge 810 Compteur GPS pour Vélo avec carte Garmin Topo France v3 Pro.
Très peu utilisé . Il est comme neuf ( 4 mois ), aucune rayure. Livré avec housse en silicone et protection d’écran
garmin
Livré dans sa boîte d’origine avec : Documentation – Chargeur et cable – Supports pour vélo – Carte SD et DVD Topo France V3 complète
prix : 360 € – contacter Yan : 0682082215
(suite…)

Sortie au mont Ventoux

DSC02834Samedi 4 Juillet, le club a organisé une sortie avec pour objectif l’ascension du terrible et impressionnant mont Ventoux. Le départ est fixé chez Denis à 6 heures 45.

A l’heure dite tous les participants sont réunis et s’engouffrent dans les voitures pour se rendre à Villes sur Auzon. Les plus costauds s’en iront directement vers Bédoin et, après leur ascension, redescendront par Malaucène pour revenir à Bédoin où aura lieu le regroupement. Dans ce groupe que l’on appelera le groupe « Bédoin », il y a Romain, William, Denis, Enzo, Pierre (Nau), Stéphane, Jean-Luc, Florence, David et Jean-Philippe . Dans le groupe « Sault », il y a Hervé, Anita, Daniel, Maurice, Pierre (Barreau), Michel et Jacques.

Dès le départ, les 2 groupes prennent une direction opposée. Les costauds vont directement à Bédoin pour attaquer l’ascension la plus rude. L’autre groupe, suivi en voiture par Dominique et Alain promus pour la circonstance assistants porteurs d’eau, s’enfonce dans les gorges de la Nesque et y fait un magnifique parcours dans un paysage de toute beauté. Puis vient Sault qui offre un tout autre paysage et où la lavande en fleur exhale un doux parfum qui vient caresser nos délicates narines.

Bientôt la route s’élève traversant une forêt de hêtres et de sapins. Cela me donne des idées pour la prochaine saison de champignons ! Les kilomètres sont avalés peu à peu malgré la difficulté de la pente. Les porteurs d’eau font de temps en temps leur office en remplissant les gourdes d’une bonne eau fraiche. Le chalet Reynard est atteint peu après 11 heures. Nous avons perdu la trace du groupe « Bédoin » qui, à cette heure ci devrait avoir passé le sommet. Les réseaux téléphoniques fonctionnent très mal à cet endroit et nous n’arrivons pas à le contacter. Pendant ce temps le groupe « Sault », réuni, s’élance vers la dernière difficulté du jour. Chacun y va de son rythme, de son style. Le principal c’est d’arriver en haut, à cette antenne que l’on voit se détacher dans le bleu du ciel, perdue dans une caillasse éblouissante. Dominique et moi filons directement au sommet. Là, nous retrouvons Florence qui a fait son ascension toute seule, à son train et qui en est toute ravie. Puis les uns après les autres arrivent les forçats du groupe « Sault » exténués pour la plus part mais fiers de leur montée. Une photo du groupe sous le panneau d’arrivée au sommet immortalise l’instant. Ensuite c’est la descente vers Bédoin. Un contact téléphonique avec Romain est enfin établi. Il nous informe du bon déroulement du parcours de son groupe, sans incident notable.

Nous nous retrouvons tous vers 1 heure 30 bon poids au restaurant « La gousse d’ail » à Bédoin pour un succulent petit repas. Chacun est satisfait de son parcours effectué dans des conditions météorologiques parfaites.

Salut Eric !

Bals« Eric nous avait rejoints voici trois ans. Malheureusement, il n’a pu pédaler que durant quelques mois à nos côtés. LA maladie a choisi de lui tomber dessus, lui, le sportif multi-disciplinaire, coureur à pieds, marathonien, triathlonien, cycliste confirmé. Il s’est battu de façon admirable, il est allé au bout du bout, s’est accroché, encore et encore, grignotant par ci par là quelques jours de vie, quelques miettes de souffle… Puis la pente, tout à coup, s’est révélée vraiment trop dure, à bout de force, notre ami a dû mettre pieds à terre, ce n’est pas lui qui a renoncé, c’est la faucheuse qui l’a injustement poussée ….. Salut Eric, repose en paix. Promis, juré, on pensera à toi durant les prochaines sorties, quand les jambes brûlent, quand on se demande ce qu’on fout là, on saura trop bien combien tu aurais aimé être encore à « souffrir »‘ à nos côtés. On pédalera pour toi….. »
Mail de sa famille : surlesplages@gmail.com
Denis