Par une belle journée d’été… le Ventoux

C’est par une belle journée d’été mais on ne peut plus chaude que s’est déroulée cette nouvelle sortie ventoux
Parcours très facile 75 kilomètres avec seulement une petite côte à monter depuis Bédoin
Au départ le rythme n’est pas très soutenu, ça discute beaucoup dans le peloton très groupé des neufs personnes qui sont présente aujourd’hui. On retrouve d’abord les athlètes, stéphane, maxime, georges, viennent ensuite les jeunes, mathieu, hugo, suivies des féminines, émilie et anita ferment la marchent les séniors, stuart et hervé. Bien sur tout ce petit monde est bien encadré par une équipe d’assistance de choc et nombreuse. Sont donc là nos fidèles supporters en la personne des parents de hugo que viennent renforcer sa sœur et le papa de mathieu. Bien sur au vu de tout ce monde certains s’interrogent, restera-t-il une place dans la voiture pour moi au cas ou.
ventoux2
ventoux3
Sortie de bédoin, l’ascension commence et de suite des groupes parfois de un se forment. Chacun prend son rythme de croisière car l’ascension est longue et difficile. Le système de la flèche est adopté en pointe la cavalerie légère, on ne les nomment pas tous le monde les connaît vient ensuite le corps de flèche la c’est un peu plus lent mais le coup de pédale est la. Vient ensuite l’empennage composé de hervé et anita qui ont décidés de rester derrière pour que personne ne se perde (lol). Après plus de 2 heurs d’effort, accompagnés par nos supporters (il y a des moments on aurait cru la caravane du tour ), le sommet est en vue. Encore quelques coups de pédales et voilà certains ont fait leur premier ventoux. Le moral est excellent, la fatigue gérable grace toujours à nos encadrants qui sont aux petits soins avec nous. Allez c’est parti pour les séances photos,
ventoux1
Les paysages sont magnifiques quelle vue sur les plaines c’est magique, ça valait le coup. Et puis commence la descente sur malaucène de nouveau chacun à son rythme. C’est vrai quelle est longue. Arrivé en bas petit arrêt pour un casse croute bien mérité. Stéphane est aux anges hervé aussi il y a un établissement qui vend de la bière. Allez dernier coup de collier avant Aubignan. Il reste quelques kilomètres quand tout à coup ça accélère et pour faire plaisir aux filles on fini à 45km/h. Nos suiveurs arrivent péniblement à tenir le rythme. Une dernière bière fraiche et puis retour vers uzès avant la prochaine sortie

Critérium 2016 de la ville d’Uzès : La Provence en force !

Tout le monde avait mis la main à la pâte pour que cette 60ème édition du Grand Prix cycliste de la ville, couru ce dimanche 7 août dans le cadre de la fête votive, soit une réussite : municipalité, commerçants, bénévoles du club….
Et les coureurs ne s’y sont pas trompés. Beaucoup sont venus de très loin : Franche-Comté, Savoie, Aquitaine, Pays de Loire, Pyrénées…. Le critérium ducal s’est désormais fait un nom dans le calendrier fédéral.
Eddy BERANGER, le vainqueur 2015, monté depuis en 1ere catégorie, ne pouvait défendre son titre mais la bataille promettait d’être rude pour lui succéder.
A 16h00, les 38 coursiers s’élançaient pour 70 tours de ville. Très vite la course s’animait sous les commentaires de Nicolas CAILLE, l’excellent speaker auvergnat, désormais fidèle de notre épreuve. Les primes généreuses distribuées tous les 5 tours contribuaient largement au rythme élevé soutenu par les cyclistes. Les attaques fusaient de toutes parts sous le regard ravi et connaisseur du public, toujours plus nombreux.
Vers la mi-course, une dizaine de coureurs parvenaient à se détacher, parmi lesquels le narbonnais CABRERA, les marseillais MAES et DELETTRE ou encore le salonais YOLANDE. Toujours à l’affût, ces quatre là menaient bon train pour aller décrocher les primes. Une petite accalmie, puis, vers le 45ème tour, MAES et YOLANDE prenaient insensiblement le large. Derrière, on se regardait…..on se regardait trop. Le groupe ne devait pas revoir les deux fuyards qui allaient ensuite prendre un tour au peloton qui s’était entretemps en partie regroupé. Seul CABRERA et DELETTRE avaient pu s’en extraire mais il était trop tard. La victoire allait se jouer entre MAES et YOLANDE. La jeunesse du premier ne laissait aucune chance au salonais, largement battu au sprint mais qui pouvait à juste titre se satisfaire de ce beau résultat, lui qui court deux catégories en dessous de celle du vainqueur. Pour compléter le podium, DELETTRE réglait CABRERA au sprint. Le comité de Provence dominait ainsi l’épreuve en s’emparant des trois premières places. Plus loin arrivait le peloton dont s’étaient extraits, entre autres, GARANT et FOUCAULT, venus glaner les places d’honneur.

Du côté des locaux, il faut souligner la belle 12ème place de l’inusable Stéphane HEROLD, lui le vététiste triathlète. Il a su parfaitement gérer son effort, se trouvant régulièrement dans le bon groupe. Moins chanceux, son fils Maxime, auteur d’un bon entame de course, a du arrêter sur incident mécanique.
Enfin, saluons également la belle performance des deux coureurs d’UZES VELO CLUB qui se sont alignés au départ de cette épreuve : Pour Jean-Philippe CALLET, « simple cyclosportif », c’était une première. Après quelques premiers tours difficiles, il a su se mettre dans le rythme et terminer dans le peloton. Il se souviendra longtemps de ce baptême-là !
Tout comme Valentin AUBATERRE, notre vététiste. Lui non plus n’est pas un habitué de ce type d’épreuve mais, avec courage et ténacité, il a su aller au bout. Un grand bravo à tous les deux !
Finalement, avec la collecte effectuée auprès du public, ce n’est pas moins de 1800€ qui ont été distribués à tous ces coureurs, les remerciant ainsi largement des efforts accomplis.
Sur le podium, les meilleurs recevaient en prime fleurs, vin et ours en peluche, des mains du maire de la ville, enchanté du succès du Grand Prix, et la bise de la charmante Prescilla, Miss du pays d’Uzès.
En conclusion, une belle réussite à tous les niveaux qui ne peut qu’encourager le club à organiser en 2017 la 61ème édition de sa course la plus ancienne.

D.O

Le Classement 2016 cliquez ici

Nos généreux donateurs : liste-donateurs-gp-2016

UZES VELO CLUB- chez Denis Orivelle -chemin Ségaras-30700- Montaren-06 27 81 35 23- dorivelle@hotmail.fr –association loi 1901 déclarée en préfecture du Gard le 16.12.92 sous le n°1-12635 – affilié FFC – Siret n°44793972900011

La route des vins 2016

Anita, Flo, Romain, Stuart, Philippe A, Daniel C, Daniel J, Hervé, Dominique LA, Stéphane, Maxime, Denis :  Finalement, nous étions 12 ce samedi pour aller faire la route des vins des Côtes du Rhône, Dominique s’étant souvenu au dernier moment de cette sortie programmée ! Maurice malade, n’a pu nous rejoindre. 7h30, tout le monde est au RDV. On démarre, en voiture, direction Chateauneuf du Pape. Là, pas facile de trouver un parking, mais finalement on arrive à se « parquer » comme dirait Romain. Les vélos sont vite sortis, un coup de pompe par ci par là, chaussures, casques, gants….. Stéphanie, notre nounou du jour, suit avec le Kangoo d’Hervé.  Super sympa de sa part, et vraiment pratique. On charge les glacières, le ravito et un peu de matos et nous voilà partis.
Le vent souffle, mais c’est acceptable. Les costauds passeront devant quand il le faudra. les filles n’auront qu’à baisser la tête pour rester à l’abri. Le ciel n’est pas super bleu. Mmmmmhh, on va quand même pas s’en prendre une, comme en Ardèche ! Bon, on verra bien…..
On s’échauffe, tranquille, en profitant du paysage. Petites routes sympas, peu de voiture. Arrêt pour s’alléger  du sous-maillot que certains avaient pris la précaution d’enfiler au départ.
Tiens, tiens, mais c’est le Ventoux qu’on voit là-bas ! Pas la peine de nous regarder comme ça, aujourd’hui, on reste en bas ! Et bon courage aux audacieux qui se lanceront à ta conquête, ça doit souffler fort là-haut sur ta tête ! Première difficulté, pas trop longue, on monte au village du Barroux. Chacun à sa main, ou plutôt à ses jambes. Devant, les Hérold se chamaillent, le père va gagner ce coup-ci ! Le fils crie vengeance !!!!
Les filles, bien chaperonnées, avalent ça sans difficulté. Suivent ensuite le col de Suzette, le plus  long, puis celui de la Chaîne. Plaisir dans les descentes, jamais piégeuses. Flo, traumatisée par sa chute du printemps, en profite pour reprendre ses automatismes. Ça revient, petit à petit, patience…
On continue, avec des petites routes toujours aussi agréables. On se demande bien comment Hervé a trouvé tout ça ! Chapeau ! On traverse un pont médiéval et peu après on revient sur quatre maillots bleus du club de Vaison qui nous voient passer d’un mauvais œil. Et bam, c’est parti, ils repassent. On n’attendait que ça ! Ca flingue gentiment, pour la rigolade. Steph et Max défendent bien nos couleurs. Le reste de la troupe n’est pas ridicule. Même Stéphanie dans la voiture, se  doutant du coup, est remontée pour voir le spectacle. Regroupement à l’entrée de Vaison. Salut les bleu, et sans rancune…
Les kilomètres défilent et certains estomacs commencent à grimacer…
Quelques coups de cul respectables, à 10 ou 15% puis Sublet arrive. C’est là que notre guide a trouvé une aire de pique-nique parfaite pour nous recevoir. Le casse-croûte est bien vite avalé, sourires et bonne humeur sont au rendez-vous, malgré le ciel qui se fait menaçant. Le tonnerre gronde…
Re-départ, reste 30 bornes, sans trop de difficultés. Le vent va nous aider à rentrer avant la pluie.
Aïe, Philippe éclate de l’arrière. Son pneu est bien amoché. En bon bricoleur, il a tout ce qu’il faut pour se dépanner. On repart, Dominique a resserré son blocage rapide avant. Jusque là, il a roulé avec le truc ouvert !!! Pas prudent ça ! Heureusement que Maxime s’en est rendu compte ! Sacré Dominique !!!
Tout ça nous retarde un peu et du coup, l’orage nous tombe dessus. Pas trop méchant quand même. Juste de quoi nous rafraîchir. Dernier faux plat pour remonter sur Chateauneuf du Pape. Belle partie de manivelle entre copains pour terminer…. Que du bonheur…..
D’autant que nous aurons traversé entre autres : Gigondas, Beaume de Venise, Vacqueyras…..
Passer devant tous ces crus prestigieux pour finalement terminer à l’eau, c’est quand même un comble…
Denis

or

Instant magique !

Instant magique ce dimanche lors de la sortie dominicale.
Nous n’étions que cinq, Jean-Philippe, Bruno, Martial,Roger et moi. Mais ça n’a pas duré…
A la sortie de Moussac, alors que nous roulions bon train, j’entends Bruno appeler derrière moi. Je me retourne, craignant un incident, mais il me dit simplement, « regarde, regarde ! le pigeon ! Y a un pigeon que me suit ! ».  Et en effet, un joli pigeon volait tranquillement tout près de lui ! J’appelle les autres, on ralentit un peu. Le pigeon était toujours là, nous escortant tour à tour. On s’arrête, il s’arrête aussi. On repart, il redémarre, filmé maintenant par Jean-Philippe. Un grand moment, vraiment. Au total, notre ami à plumes nous aura suivi pendant près de 3 km. Ce n’est qu’à Cruviers Lascours qu’il nous dira au revoir » à notre grand regret, nous commencions à nous habituer à sa compagnie ».
piaf

Denis

Sortie dans les gorges de l’Ardèche du samedi 18 juin

Nous étions 9 samedi dernier pour une belle sortie dans les gorges de l’Ardèche concoctée par Hervé.
Certes la météo n’était pas engageante, elle en a même découragé deux ou trois. Mais finalement, nous sommes rentrés presque secs !
Départ de St Firmin en voiture jusqu’à St Marcel de Careiret. Là, vrai départ. Le ciel est couvert, mais ça va.
En selle, Anita, Flo, Romain, Philippe A., Hervé, Dominique L.,  Daniel J., Hugo et moi. Les parents de Hugo suivent en voiture, avec ravito et équipements. Échauffement jusqu’à Goudargues. Depuis sa chute, Flo appréhende un peu les descentes, mais ça va revenir tout doucement.  Après Goudargues, la route s’élève de temps en temps, mais rien de bien méchant. On poursuit par des petites routes sympas. Tiens, ici les villages sont décorés aux couleurs de l’Ardéchoise. C’est vrai que c’est bientôt la grande fête du vélo ! On passe l’Ardèche, il y a un peu de voitures, tourisme oblige, faut serrer à droite. Au détour d’un virage voilà la belle arche, le Pont d’Arc. Pieds à terre, une photo s’impose. L’occasion pour nous d’avoir une pensée pour notre ami Eric qui nous a quittés voici tout juste un an. Sûr que de là-haut, c’est lui qui nous protège de la pluie !

Sortie-gorges-de-l'-Ardeche
On repasse l’Ardèche et là, ça se complique un peu. Il vaut mieux tomber la plaque car les 3 km à venir présentent  des passages à 9/10%. Chacun monte à sa main, encouragé au passage par Christine et son mari, postés en haut de la pente et admiratifs des efforts accomplis !
Au sommet, arrêt obligé pour admirer la vue sur les gorges et souffler un peu. On remplit les bidons. Déjà 60 km couverts. Allez, dans 25 bornes, c’est la pause déjeuner ! Mais d’ici là, il faudra s’avaler la dizaine de toboggans qui font si mal aux jambes, surtout quand on commence à être un peu « entamé ». Pas grave, les plus costauds aident les autres.  Le ciel tient toujours. 85ème, arrivée à St Martin d’Ardèche pour un demi bien frais et un repas sympa en terrasse. Hugo a mal aux jambes et sagement décide de monter dans la voiture. Il a très bien roulé et s’est quand même avalé plus de 1100 mètres de dénivelé positif !
C’est reparti, tranquillement, pour les 40 km restant. Pas vraiment plats quand même…. Hervé a beau expliqué à chaque bosse que « c’est la dernière », les filles commencent à douter sérieusement…… D’autant que certaines sont quand même bien pentues. Mais ça finit toujours par passer, même si les jambes commencent à brûler chez certains (nes). C’est là que Eric, de là-haut, a eu une drôle d’idée : « puisque les jambes brûlent, je vais leur envoyer un peu d’eau ! »  Et effectivement, dans la descente de la Valbonne, un bel orage s’abat sur nous. Certains s’équipent, d’autres continuent sous l’eau. En bas, le soleil à nouveau. Il sera le bienvenu car nous sommes bien trempés pour la plupart. Les 15 derniers km sont vites avalés, malgré les quelques sempiternelles « dernières bosselettes » qui feront grincer les dents féminines…..
Arrivée, enfin. 125 bornes pas faciles mas très agréables. Un grand merci à Hervé, maître d’oeuvre de la sortie. Le groupe, suivants y compris, est ravi. Dernier orage qui nous oblige à embarquer rapidement dans nos véhicules.  Allez, on rentre faire sécher tout ça !
Denis

Proposition de sortie route dans les gorges de l’Ardèche

Salut à tous. Le 18 juin nous vous proposons une belle sortie vélo de route dans les gorges de l’Ardèche.
Environ 125 km sans trop de difficultés, rythme adapté et encadré.
Départ fictif 8h30 domaine de St Firmin (je dis bien départ) en voiture alors pour grouper arrivez plus tôt. Départ réel de St Marcel de Careiret 9h00 en vélo.
Nous serons sans doute sans véhicule assistance donc prenez vos précautions. Pensez à vous munir de quelques deniers on mangera un bout à St Martin d’Ardèche. Il restera ensuite à faire une trentaine de km. Répondre à Hervé avant le 14 juin pour faire le point.
Contact Hervé : secretaire@uzesveloclub.fr ou 0698440035
PS : On prévoit aussi  un tour des côtes du rhône (hips) 2ème quinzaine de juillet et peut-être une sortie fin août (ventoux ou autre).

rout

Cyclo du Minier par Valentin

90kms, 6 cols, presque 2000m de dénivelé, pas simple de faire sa première cyclosportive dans ces conditions (énormément de vent!!!). J’ai réussi à tenir les 25 premiers kilomètres dans le peloton et j’ai ensuite été contraint de lâcher car l’allure était trop importante pour moi. J’entame alors une course quasiment en solitaire, dur pour le moral, mais je rattrapais des groupes ayant lâché eux aussi, ce qui me boostais aussi ! Ainsi plusieurs petits groupes se forment et dans le derniers col, l’un des plus long, je craque et n’arrive pas à tenir le rythme de mon groupe, sentant l’hypoglycémie arriver.. Je m’accroche tout de même tant bien que mal, je double d’autres concurrents qui étaient en hypoglycémie et j’accroche l’arrivée au Pôle Mécanique d’Al7s en 3h15 de course. Ce n’est pas une superbe performance mais pour ma première je suis content, avec un parcours comme celui-ci et une moyenne personnelle d’un peu plus de 29km/h. Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas du tout le même sport que le VTT !!!
13153290_10208961568013807_763022105_n
Valentin

Un lundi avec Les p’tits bidons on the road

VTT fatigué alors sortie route ce matin en compagnie de Yan et Maurice (qui se remet d’une côte cassée). Joli parcours plein de bosses vers Aigaliers, Bourdiguet, le Chabian, Belvezet et retour sur Collorgues. Un gros 50km amicalement partagé et mené de main de maître par Yan et son gps. J’ai vu Bruno au départ du VTT à Uzès puis Alain et un copain à Serviers (repérage futurs parcours) et Christophe et Mathieu Billotet sur la route en rentrant. Le maillot d’Uzès quadrillait la région 🙂
rteYanMo
Dominique

73 ans et toujours en selle

Un très bel article sur notre Daniel Deleuze, paru dans le Républicain d’Uzès.

Seniors oui, mais pas inactifs ! Rencontre avec ces retraités aux profils parfois étonnants, qui agissent souvent auprès des jeunes.

73 ans et toujours en selle

Daniel Deleuze est le doyen d’Uzès Vélo Club. Ce retraité passionné de cyclisme, installé dans le Duché depuis une quinzaine d’années, est même un des piliers de la section route : son expérience est un atout précieux pour l’association sportive.

Avec 10 000 à 12 000 km au compteur chaque année, Daniel Deleuze n’a pas l’air près de descendre de sa bécane. Ce vénérable cycliste, bientôt âgé de 74 ans, est arrivé à Uzès en 2002 et c’est en sympathisant avec Hugues Chauvet, un champion local, qu’il a intégré à l’époque le groupe de copains à l’origine de la section routards d’Uzès Vélo Club. Avec Denis Orivelle, président de l’association, et Romain Brel, le trésorier, il anime les sorties sur route, qu’il s’agisse des excursions régulières ou des stages, lors desquels les licenciés (ils sont 45 routards) parcourent souvent plus de 600 km en une semaine. Daniel Deleuze a d’ailleurs reçu, ces derniers jours, une médaille du mérite décernée par la Fédération française de cyclisme pour les «services rendus» à cette discipline. Ce cycliste, cévenol d’origine, ne craint pas de parcourir seul de longues distances : chaque été, il rend visite à son fils près de Saint-Étienne soit 250 km et 3 000 m de dénivelé. «Je pars vers 6h, et si j’ai la chance d’avoir le vent dans le dos, j’arrive sur place en début de soirée». Son copain Denis Orivelle a beau tenter de le dissuader depuis quelques années, «je ne vais quand même pas me priver d’un tel plaisir !», lui répond Daniel Deleuze. Il concède que «ça tire un peu plus» qu’autrefois quand il participait au Paris-Roubaix en amateur, et qu’il a un peu perdu en explosivité. Mais il parvient à gérer facilement ses excursions sans cardiofréquencemètre, avec seulement quelques courbatures. «Je ne saurais pas dire à quel âge j’ai commencé : j’ai toujours été sur un vélo !», glisse t-il en se rappelant tout de même les sorties à bicyclette de sa jeunesse et notamment les petites courses disputées sur sa monture de 14 kg avec pour enjeu à l’arrivée, jambons et pâtés. Il se souvient aussi d’avoir croisé, pendant son adolescence, le champion Raphaël Géminiani, qui l’a encouragé à courir avec le club de Boulogne-Billancourt.

07_UZES_3570.indd«Malheureusement, j’habitais les Yvelines et il était compliqué d’être présent à l’heure pour les sorties». Également adepte du volley- ball, du rugby, du foot et de la natation, Daniel Deleuze s’installe comme coiffeur en 1970 dans la région parisienne. Ses sorties à vélo en petits groupes sont régulières, si bien qu’il a l’idée de créer un club cycliste affilié à la Fédération française de cyclotourisme. «En quatre ans, nous sommes passés de 3 cyclistes à une centaine d’adhérents», se rappelle- t-il, évoquant la ressemblance de cette structure avec l’actuel Uzès Vélo Club. «Mais nous n’avions pas les moyens d’organiser des compétitions, ni de former des jeunes : c’était un club d’adultes uniquement. Avec quelques pointures parmi nous, comme le champion de France Alain Deslandes», raconte encore Daniel Deleuze. En plus de la présidence de ce club de vélo, le coiffeur francilien s’est engagé à cette époque dans la recherche de financements pour la recherche sur le cancer. «Un scandale de détournement de fonds avait alors décrédibilisé ce type de collectes financières, explique-t-il. J’ai développé un réseau de sportifs qui, chacun dans sa discipline, organisait des événements caritatifs, comme la journée «Vélo pour tous» : les bénéfices étaient reversés à un laboratoire scientifique de Villejuif. Nous avons souvent atteint la somme annuelle de 200 000 francs (environ 30 000 €) !». Une sorte de Téléthon à petite échelle, dont Daniel Deleuze tire une grande fierté. «J’avais encore d’autres responsabilités associatives ! Alors aujourd’hui, je n’ai pas pris de fonction officielle dans le club uzétien». Ce qui ne l’empêche pas de s’y investir largement : c’est bien souvent chez lui que se retrouve la section routards pour préparer ou débriefer les excursions. Quentin Germain

Rando VTT et Route offerte à tous les adhérents !

Rando de St Hilaire de Brethmas suite…
Nous étions nombreux à participer à cette sortie aussi bien en VTT qu’en Route. Ce déplacement en nombre nous a valu un joli trophée !
Voici les sensations de quelques uns d’entres nous :

Yan : Pour ma part une rando assez physique, avec beaucoup de relance. Mais un manque de mono ou de partie technique, c’était une rando plutôt très roulante avec de belles montées. Un petit bémol les ravitos étaient quasi inexistant : sur le parcours du 37 km il n’y en avait qu’un au bout de 10Km, la fin fut dure pour Joël qui n’avait pas pris grand chose le matin au départ.Et le ravito final à l’arrivé était minable ( une peu de chips, un peu de chocolat et le restant des croissants du matin).
Bref une bonne rando physique sans technique et on y va pas pour les ravitos copieux…

Michel : Bonne la rando, agréable et physique bien que beaucoup trop de route et un ravitaillement au bout de 10 km c’est une première!!! Joel à fini un peu usé, pas de vélo depuis 1 mois. On s’est loupé 2 fois problème de balisage, ce qui nous a permis de croisé 2 fois Bruno et Valentin sur 35 km

Péto : Denis ainsi que l’ensemble du bureau, merci pour cette belle rando, on s’est régalés !

Bruno : J’ai fais le 45 km jusque au ravito puis j’ai repris le 35. Il est vrai qu’il était un plus roulant. La première boucle était plus joueuse plus fun avec de beaux singles et de belles grimpettes aussi.

Concernant les parcours VTT, il semblerait que les circuits les plus intéressants étaient le 45 km et le 28 km qui permettaient de profiter de la jolie première boucle option.

Denis : Circuit route 80 km. 12 au départ : Anita, Flo, Emilie, Romain, Roger, Maurice, Dominique (LAVIGNE), Hervé, Georges L, Daniel C, Hugo et moi. Trois filles donc et un cadet, Hugo, pour sa première rando route.
Il ne fait pas trop chaud. Départ tranquille par une petite route défoncée. On aurait préféré la grande route Alès/Uzès ! Finalement on la retrouve quand même. Direction Mons et la première difficulté. Maurice coince un peu, il n’a pas de kilomètres,  il préfère sagement bifurquer sur le 40. Bonne ambiance, ça discute, on attend tout le monde en haut des bosses. Un peu plus loin, sur la route, Alès/Bagnols, on oublie de tourner à gauche. Pas grave, on sait où on va, on rattrapera le parcours. Direction Brouzet, puis Navacelle.  A droite, les choses se compliquent un peu. Ca grimpe gentiment sur 2/3 bornes. Après la descente, on prend à droite, pour rejoindre le village du Bouquet. Là, ça se complique vraiment ! même si on ne va pas jusqu’au sommet, le pourcentage fait mal aux jambes. Ca grimace dur à tous les niveaux ! On laisse le sommet sur la droite pour replonger en face, avec ses deux passages à 24%. Prudence les gars, faut pas s’envoler ! On retraverse la nationale pour aller vers le Chabian. On croise des groupes, on en rattrape d’autres. Puis c’est Marcillac. Celle-là, certaines s’en seraient bien passées 🙂 hein Flo ? Arrivés à Foissac, le parcours reprend la grande route d’Alès balayée par un joli mistral. Pas très agréable d’autant que des petites routes nous amèneraient au même endroit. Les petites bosses s’enchaînent gentiment et nous conduisent vers le ravito. Pas très bien placé selon nous puisque nous n’avons plus que 10 km à faire. Pas grave, ça réchauffe quand même. Hugo s’est bien ravitaillé mais ça lui fait tout drôle de remonter sur le vélo ! C’est la première fois qu’il roule autant mais il s’en sort très bien. Derniers kilomètres groupés, Emilie est finalement contente que le circuit fasse un peu moins qu’annoncé !

A l’arrivée, plein de sourires et, cerise sur le gâteau, médaille pour Hugo, il était le plus jeune sur le 80, et trophée pour UZES VELO CLUB, club le plus représenté avec 29 participants !  Puis repas tous ensemble pour clore un dimanche frisquet mais bien agréable.