Mon premier Ventoux (joies et peines)

Ce samedi 2 mai il est prévu une sortie route ayant le Mont Ventoux comme point culminant. Malgré ma balbutiante pratique de la route, attiré par cette mythique ascension je décide de faire parti de cette « aventure ».

L’approche
Le départ s’effectue depuis Ville/Auzon, bourgade au pied des gorges de la Nesque, route qui nous mènera à Sault puis au Ventoux. Retour par la même trajet. Le route s’élève immédiatement, de façon assez paisible, il y a 20 km d’ascension avant Sault. La beauté de ces gorges est saisissante, nous progressons gentiment en profitant du paysage et surtout sans faire trop d’efforts, il faut garder ses forces pour plus tard… La route s’élève, s’élève de virage en virage, nous passons quelques tunnels bucoliques, le ciel est bleu, la température idéale. Comme disaient les indiens d’Amérique avant le combat « C’est un jour idéal pour mourir »
ventouxA
Le sommet atteint, nous plongeons sur Sault. Dans la ville, Denis conseille de faire le plein des gourdes, c’est le dernier arrêt avant le chalet Reynard…

L’ascension
Dès le bas de Sault, c’est parti. Un panneau annonce 26 km d’ascension pour une pente moyenne de 4,6 %, c’est raisonnable. Très vite, chacun roule pour soi, à son rythme, pour ma part l’idée est -bien sûr- d’avoir mal aux jambes le plus tard possible… Il fait chaud, la route s’élève, c’est long, long, long, je me fais doubler par un papy en VTC btwin et basket… humilité… Heureusement Stéphanie, JR et Hugo (notre ô combien précieuse voiture suiveuse) sont là pour nous motiver et mettre l’ambiance sur le bord de la route ! vive eux !

Enfin au détour d’un virage, la pente se fait faux-plat je peux remettre un peu de braquet et avancer plus vite, je n’ose pas trop y aller car je ne connais pas la suite du parcours. Mais les chalets précédents l’arrivée au Reynard apparaissent, j’y suis ! déjà ? sans plus de difficultés ? wouaw c’est génial ! Voilà 55 km d’avalés au milieu d’une nuée de cyclistes, il y a des centaines de personnes qui montent au Ventoux !
ventouxB
La troupe se reforme partiellement. Romain est là depuis un bon moment. « Allez les gars on va aller au sommet une fois » Dit-il en belge. William et Jean-luc ont continué, Denis chaperonne Florence, Daniel reste au Reynard. Charlie, Romain et moi-même attaquons la suite… Certainement trop confiant, je prends la roue de Romain et attaque les 6 derniers km à bon rythme. Malheur, on bout de 2 km je suis dans le rouge, j’ai très chaud, mon cœur bat aux tempes, mon dernier braquet est dur à amener, les crampes apparaissent, j’ai faim de salé et le calvaire commence… Ce putain de sommet et si proche et semble inatteignable, je compte les tours de roues et les mètres qui défilent au compteur… puis le dernier km, un gars fait des photos et te glisse sa carte de visite dans la poche du maillot, pffff… vu la tête que je dois avoir… à l’approche du dernier virage et sa rampe raide de 30 mètres, Hugo et Stéphanie m’encouragent, je me dresse sur les pédales, encore 20 mètres en danseuse, la cata… à 5 mètres du sommet j’ai les deux jambes verrouillées par les crampes, plus moyens d’avancer… misère… Stéphanie fait une photo, je reprends mes esprits, laisse passer 1 minute et remonte sur la selle pour passer le sommet avec Hugo. Voilà c’est fait, je rejoins Jean-Luc et Charlie pour quelques photos.
ventouxC
Il fait un temps extraordinaire, nous attendons l’arrivée du reste de la troupe, voilà Denis et Florence, bravo à elle ! Prêt pour la photo souvenir !
ventouxD
Le retour
Soudain la brume monte et envahit le sommet, il est temps de redescendre au chalet Reynard pour y savourer une bonne bière et un repas salvateur.  Tout le monde a l’air content de son sort. Perso je suis un peu déçu de ma montée finale, mal gérée, en galère… Habitué aux braquet VTT j’ai eu du mal à emmener, sur la durée, ceux, plus long, du vélo de route…

Le retour sur Sault se fait à très vive allure, nous sommes en ligne, les virages se passent très vite, il faut être super attentif, pas le droit à l’erreur à + de 50km/h ! A un moment je laisse un petit trou devant moi, le groupe s’échappe ! 10, 15, 20 mètres et c’est fini, ils s’en vont, trop d’effort à faire pour les rattraper, la route est encore longue… Je laisse filer, je les retrouverai à Sault. A la sortie de Sault il y a encore une belle grimpette d’une dizaine de km que nous effectuons à belle allure autour de 20 km/h, je m’accroche, je mouline plus que ne force, reste dans les roues et ça passe ! « Reste plus qu’à se laisser glisser » Dit le capitaine de route.

Se laisser glisser… tu parles ! Les 20 km de descente s’effectuent à fond de braquets, dans les virages il ne faut pas freiner autrement tu pers la roue et hop t’es seul comme un c… c’est épuisant autant physiquement que nerveusement (pour moi le novice). On admire moins le paysage qu’à l’aller, ça sent l’écurie ! Comme précédemment, dans un virage je freine trop, à la relance je perds le contact avec le groupe… je les laisse à nouveau filer, mon compteur vient de dépasser les 110 km, il n’en reste que 2 ou 3…

Enfin le panneau Ville/Auzon et les voitures ! Romain, Daniel et Jean-luc sont là, je les rejoins puis tout le groupe arrive. Quelle journée mémorable.

C’était mon premier Ventoux, le dernier ? Je ne crois pas, je voudrais tellement mieux profiter des derniers km d’ascension. Maintenant j’ai un peu plus d’expérience donc, à la prochaine !
Dominique

A vendre KUOTA Kom

Suite a mes soucis de sante je vends mon vélo en très bon état, KUOTA KOM carbone taille M

kuota
Equipé avec groupe shimano dura-ace 7900 cintre CKT compact carbone potence 110mm et roue mavic r sys pneus continental neuf pédalier compact SLK LIGHT longueur 172.5 CM et une paire de roues dt swiss carbone hauteur 46mm avec pneus continental et pédales time carbone le tout est visible chez les cycles PASSIEU. Plus de photos sur leur site.
Compte tenu de mon état et de mes nombreuses hospitalisations contactez DAVID au 04.66.21.09.16
Très amicalement, éric

Laurent IAMPIETRO au GP de la Tour Magne à Courbessac

Premières réactions de Laurent après sa première compétition de la saison : Comme les weekend  précédents mes allergies étaient au rendez vous.. Les nuits sont assez difficiles mais la motivation est là comme d’hab! 

LaurentLampietro

Comme prévu un gros plateau régional et une rampe finale de 2km! Et 5 tours à parcourir. Ça démarre à fond.. Quelques coups partent mais au pied du 1er passage de la bosse c’est très serré, ça roule à 40km/h dans les ruelles de Coubessac je suis mal placé mais à l’abri.. Dans les portions dures un coup d’une 15aine de costauds prend quelques longueurs mais le temps que je me réveille et que frotte pour passer, il y a 50m! Je donne tout pour y aller, je monte même la bosse à plus de 30km/h de moy!!! À la bascule ça démarre de plus belle devant.. Il me manquera quelques dizaines de mètres mais je suis à bloc et je décide d’attendre le paquet. Le tour qui suit ma Fc ne descend pas..mes bronches brûlent..le nez coule..mes allergies me rappellent à l’ordre..je monte la bosse à la rue dans le paquet et je m’arrête en passant la ligne! CUIT LE TYPE!

Première cyclosportive de l’année : La Roger Pingeon

Début de saison cyclosportive pour le club qui avait envoyé 10 de ses adhérents à la Roger Pingeon.
Quelques réactions de nos coureurs :

Jean-Philippe (86ème/368, 3h59’07, 34,6k/h) : « C’était ma deuxième Roger Pingeon. Ca m’a beaucoup aidé à gérer les deux principales bosses du parcours. J’ai réussi à basculer avec la tête en haut de saint Guilhem. J’ai suivi jusqu’au km70. Ensuite je me suis retrouvé dans un groupe de 20 environ. On a bien collaboré  jusqu’à l’arrivée. Bilan, une bonne journée: Météo clémente, 9 minutes de moins que l’an dernier. Repas entre potes. Bref vivement la prochaine cyclo !

Fernand (142ème, 4h09’21, 30,5 k/h : « Me suis bien régalé, même si je suis resté collé dans la première bosse. Je manquais de rythme pour cette première course de la saison ».

Denis (277ème, 4h47’07, 28,84 k/h): “Satisfait de cette première course de la saison. C’était quand même dur avec le vent et ces bosses. Les 400 m à 18%, que je n’attendais pas du tout, m’ont fait mal. Vers le 100ème km, quelques crampes sont venues me titiller, mais elles n’ont pas insisté ! Les derniers kilos, vent dans le dos et route descendante, ont été une belle récompense. Ca filait à 57 k/h ! A l’arrivée, un repas sympa et convivial et le maillot de l’épreuve, super ! »

Romain (278ème, 4h47’10, 28,83 k/h) : « Cette Roger Pingeon s’est très bien déroulée, dix gars du club au départ et dix à l’arrivée. Très bonne organisation autant au point de vue du parcours que de la sécurité, du fléchage, des commissaires, du repas après l’épreuve et du cadeau remis a chaque participant. Pour certains d’entre nous c’était une première et je pense que chacun est pleinement satisfait de cette belle journée ».

Jean-Luc Viala (299ème, 4h53’17, 28,23 k/h) : « Superbe journée printanière avec un parcours exigeant dû au relief et au vent de face de côté ou de dos mais ça on adore. J’aurai bien aimé finir devant mon président et mon trésorier mais mes jambes n’étaient pas au rendez-vous alors je réessayerai l’année prochaine ».

Et aussi : David (181ème, 4h18’01, 32,09 k/h) , William (333ème, 5h15’47, 26,22 k/h et Hervé (339ème, 5h21’07, 25,78k/h).

CycloPingeon

Les deux Daniel, quant à eux, ont couru le 93 km (457 et 459ème en 4h17’51 à 21,64 k/h). C’était une première pour Daniel CHAVENT qui en fait un récit sympa :

« En ce dimanche matin à Uzès le vent s’est levé de bon matin, (c’était prévu). Il est 6h15, nous nous retrouvons tous chez Daniel Deleuze, les derniers vélos chargés dans les voitures et nous voilà partis vers Gignac. Sur place pas de problème pour nous garer malgré le nombre de participants. Nous récupérons nos dossards, un maillot offert et un bon pour le repas. Nous attendons le départ prévu a 9h00 (circuit 93km), il ne fait pas très chaud. Pour les copains inscrits sur le 138km partiront 20’ plus tard. 9h00, coup de pétard, le départ, je surveille bien Daniel, je me mets dans sa roue, le gros de la troupe est passé et nous roulons tranquille,il a l’habitude, il gère le départ. La route est plate, nous commençons à doubler quelques participants, tout va bien (pour l’instant), puis lentement mais surement, la route s’élève un peu, beaucoup, et un peu trop à mon avis.
A partir de là, je vais conjuguer le verbe grimper à tout les temps et surtout au plus difficile.
Je grimpe….je vais grimper….je vais peut être grimper, je vais peut être y arriver, ah que je regrette en ce moment le rythme régulier du quatre temps diesel ou essence, mon rythme à moi est des plus chaotique. Ca passe, enfin nous basculons dans la descente, Daniel me dépasse, j’essaie de suivre  mais au bout de quelques virages, je vois son maillot rouge qui s’éloigne.
Plus loin Daniel D attend Daniel C, eh oui, nous sommes comme les Dupont de Tintin. Je me place à nouveau dans sa roue, le vent souffle assez fort (ce n’était pas prévu), les kilomètres défilent, je sens que Daniel force, mais je l’avoue je ne prends pas de relais (je vais exploser) . Enfin nous arrivons au ravitaillement, bien garni, offert par des personnes très sympathiques, il ne manque rien. Collation prise, nous repartons, toujours ensemble, la route monte beaucoup moins, j’ai les jambes dures, je m’inquiète un peu sur les éventuelles difficultés, Daniel D me rassure, nous continuons, nous traversons de jolis villages (l’Hérault, beau département, c’est vrai que la France est belle). J’ai les jambes à la limite des crampes, Daniel m’accompagne, plus que 15km à faire, il prend tout le vent. Peu avant l’arrivée nous récupérons un participant et décidons de terminer ensemble. Je vois le panneau Gignac, voila c’est fait, c’est fini. Heureux d’avoir réussi à terminer.
Nous attendons les copains du grand circuit et ensemble nous allons manger, un bon repas. L’organisation est parfaite rien à redire. Belle journée dans le partage et l’amitié. A recommencer. »

Quand c’est gratuit, il y a du monde :)

Pour cette rando de Chusclan offerte par le Club, nous nous sommes retrouvés une trentaine, à parité entre vététistes et routiers. Après le moment de stress de Romain pour inscrire tout ce petit monde, les deux groupes se sont souhaités bonne chance. Les routiers sont partis pour une grande boucle de 100 km. Les vététistes se sont répartis sur les différents parcours, mais le principe de tracés en boucle nous a permis de nous recroiser assez souvent. A l’arrivée, tout le monde était enchanté par cette matinée de vélo partagée en toute convivialité. Les photos parlent d’elles-même, c’est à refaire !
PatchChusclan
Le parcours VTT proposé par Chusclan est très agréable avec beaucoup de monotraces rapides. Mais, il me semble, moins physique que ce que nous allons proposer pour la Vt’truffes. A noter qu’avec Gilles, nous avons distribué les flyers pour la Vt’truffes, la plupart des personnes connaissaient notre rando, l’avaient déjà faite et comptaient bien revenir. c’est encourageant.
Dominique

Just a perfect day… on the road

« On ne pouvait espérer meilleure météo que celle dont nous avons bénéficiée ce samedi pour notre sortie route en Cévennes.
C’est en effet sous un beau soleil que notre groupe s’est élancé de Chamborigaud, vers 9h30 : quatre féminines, des vététistes qui pour l’occasion avaient changé de montures, des routards, trois nouveaux, et même Stéphane HEROLD, qu’on ne présente plus, heureux de venir pédaler cool avec nous. 16 au total, chaperonnés par l’ami Jean-René au volant de la voiture suiveuse.
Comme prévu, ça démarre tranquille, par quelques kilomètres plats ou en pente douce. On reste sagement en file indienne, il y a un peu de voiture sur cette route, mais pas pour longtemps. En effet, les choses sérieuses vont commencer, 15 bornes de montée. (suite…)