La boucle de Collorgues :

Le groupe du Samedi se retrouve, après deux semaines d’interruption, pour une nouvelle sortie. Nous trouvons : Nicolas, Clément, Gilles J et Gilles B, Claude, Franck, Gérard et Alain. Quelque chose a changé dans ce groupe: Claude et Alain sont passés, si l’on peut dire, à l’ère moderne et arborent chacun un VTT du futur bardé d’équipements d’assistance à la locomotion. Et oui! On a beau dire : “ je n’y viendrai jamais“, on finit par se laisser tenter. Avec Gérard et Gilles, déjà équipés de ce genre de monstre, cela fait 4 VTTAE pour 4 VTT normaux. Il va falloir rouler cool pour ne pas semer la zizanie dans le groupe ! Mais, ce n’est nullement mon intention ni celle de personne d’autre d’ailleurs. Aussi c’est tranquillement que nous partons en direction de Collorgues pour revenir par Aubussargues. Le circuit est un peu plus long qu’à l’accoutumée mais, avec les beaux jours, nous avons pour habitude de prolonger un peu nos sorties d’autant que celle-ci ne présente pas de difficulté particulière. Juste après avoir dépassé la Carcarie, Claude doit nous quitter pour des raisons personnelles. Nous poursuivons donc à 7. Nous approchons de Foissac et remontons la colline en direction de Collorgues. La montée, en partie sur un chemin de terre, en partie sur un chemin goudronné n’est pas très rude. La difficulté survient d’un coup lorsque nous quittons notre axe de progression pour en prendre un autre très pentu à travers un talus. Là, pied à terre pour tout le monde et poussette (sauf Gilles B m’affirmera t-il plus tard). Heureusement, cette partie est courte et nous enfourchons à nouveau nos bécanes. Bientôt, nous atteignons une zone d’ombre où nous nous arrêtons pour nous reposer un peu et laisser le temps à notre formation de se regrouper. Franck qui n’a plus pédalé depuis l’automne dernier se trouve en difficulté suite à cette grimpette soudaine. Un petit biscuit, une gorgée d’eau et nous voilà repartis. La suite du circuit n’a rien de compliqué mais quand la fatigue est présente, elle ne nous quitte plus. Franck peine toujours à nous suivre malgré une vitesse réduite et des arrêts fréquents. La chaleur l’incommode particulièrement. Je lui propose l’échange de mon VTT avec le sien mais, courageux et téméraire, il préfère garder sa monture. C’est tout à son honneur. Après les bois de Collorgues, nous arrivons dans ceux d’Aubussargues, traversons le village et prenons la direction de la forêt de Massargues. Au bas de la pente, le Bourdic coule à gros flots. Nous le traversons sur le muret qui le borde et rejoignons le pont de Juston. Nous rentrons à Uzès par le chemin du mas de Caillan. Il est un plus de 18 heures lorsque nous atteignons l’esplanade.

_____________________