Destination “Cheval de Lune“:

9 adultes et 3 jeunes ados sont présents pour cette nouvelle sortie VTT: Catherine, Raoul, Dominique, Gérard, Gilles J, Jean-Marc, Nicolas, Patrick qui fait son retour après un hiver citadin, Alain et ensuite Guillaume, Camille et Clément.

Dominique est désireux de redécouvrir les chemins et sentiers qui passent par “Cheval de Lune“, club hippique installé près de l’ancienne gare de Vallérargues, non loin du refuge de la SPA.

Nous voici donc partis dans cette direction. Tout d’abord par le quartier de Jols puis par le domaine de Cruviers-Lascours. Nous traversons la D 979 au bas des premiers virages de la côte de Larnac pour effectuer la montée sur le plateau par l’ancien chemin d’Uzès à la Bruguière. Au départ de celui-ci, la feuillée, particulièrement basse et dense, nous force à pédaler le nez collé au guidon. Cette position inconfortable ne dure pas longtemps car la végétation s’éclaircit assez vite. La pente est un peu raide aussi il faut presser fortement sur les pédales pour progresser. Sous nos roues, les pneus crissent délicatement sur un pierrier mouvant. Cette grimpette n’est tout de même pas trop longue et nous atteignons bientôt le sommet où nous pouvons nous arrêter pour souffler un peu. La suite est relativement aisée sur des sentiers roulants aussi notre vitesse s’accroit allègrement. Emportés par l’élan, nous nous écartons de quelques encablures du trajet prévu. Ceci nous fait revenir par un sentier très rocailleux dans une zone karstique où le roulage est quelque peu scabreux. Mais, cela forme au pilotage dans les terrains accidentés. D’ailleurs, Dominique apprécie particulièrement la singularité de ce lieu et doit avoir une idée derrière la tête pour quelques séances d’école VTT.

Après notre petite pause habituelle pour sustentation réparatrice, nous poursuivons notre équipée par une succession de monos s’enchaînant les uns derrière les autres. Ceux-ci nous mènent jusqu’au club hippique “Cheval de Lune“ tout près de la vieille gare de Vallérargues. Mais auparavant, juste avant cette étape, nous faisons une rencontre tout à fait insolite en nous trouvant derrière un troupeau d’une vingtaine d’ânes en transhumance guidés par leurs palefreniers, enfants compris, vers l’estive des 2 Alpes. La suite de leur périple se fera par camions avec lesquels ils ont rendez-vous.

De l’autre côté de la route, après le dépassement de la gare, nous pouvons contempler sur notre passage des quantités impressionnantes d’asphodèles en fleur. Celles-ci poussent sur de larges étendues de lande parmi les ajoncs, les genêts, les bruyères et toute sorte d’autres arbrisseaux et épineux sauvages et odorants. Vision mirifique qui enchante nos cœurs et fait vibrer nos âmes. Nicolas et moi, nous avons à cet instant une pensée émue pour un ami commun qui vient de nous quitter brutalement. Ainsi va la vie.

Avant d’entamer la descente vers le Puget, nous modifions notre trajectoire pour revenir en direction de l’aérodrome de Belvezet. Le retour à Uzès se fait ensuite par les chemins empruntés à l’aller. La fatigue s’étant faite sentir au sein du groupe, nous avons choisi cette solution pour éviter la remontée toujours harassante du Mas de l’Ancienne Eglise. Ainsi malgré quelques kilomètres supplémentaires, nous sommes restés le plus possible sur une surface plane et roulante jusqu’au terme d’une sortie chargée de surprises, de découverte et d’émotion.

___________________