La ronde de Sanilhac :

Aujourd’hui, un pâle soleil peine à traverser une couche nuageuse fort menaçante. C’est peut-être pour cela que nous sommes si peu nombreux au départ de la rando. Catherine est là ainsi que Dimitri, Jean-Marc, Pierre (Nau), un revenant dans notre groupe et moi-même, Alain. Je propose une sortie du côté de Sagries/Sanilhac.

Nous nous élançons du côté de Pont des Charettes, empruntant le joli mono qui surplombe les anciennes carrières de pierre et qui longe, dans sa partie inférieure, le mas de Pampérigouste. Puis, nous atteignons Sagries par la petite route qui fut défoncée en 2012 par la déferlante du siècle. La montée vers Sanilhac constitue un échauffement pour nos mollets encore endormis. Nous suivons la crête et redescendons dans la plaine au niveau du mas de la Moustarde. Nous nous dirigeons ensuite vers le versant opposé pour aller rouler dans la réserve naturelle des gorges du Gardon. D’abord sur la partie basse, par un chemin rocailleux, un brin technique mais, juste ce qu’il faut. Puis sur la partie haute par un sentier plutôt pénible à monter surtout lorsque l’on n’est pas bien en jambes. Mais, aujourd’hui, ça va à peu près pour tout le monde. Plus loin, la descente dans la plaine se fait par un petit mono où la végétation est devenue envahissante au point de réduire fortement le passage. Heureusement cela ne dure pas longtemps et le chemin reprend une largeur acceptable. Nous traversons la route entre Sanilhac et Collias et gagnons le mas de la Garonne par les chemins environnants à travers bois et vignes. Puis, c’est le retour à Uzès que nous atteignons presque à la nuit. L’orage éclate au moment où nous posons nos fesses à la terrasse du café de l’esplanade pour y prendre un petit rafraîchissement. Même pas mouillés !

______________________________