La ronde autour de Sanilhac :

Catherine, Camille, Nicolas, Raoul, Alain S, Dimitri, Jean-Marc et moi même sommes présents pour cette première “VTT découverte“ de l’année.
Le temps n’est pas au beau fixe. Cependant les nuages ne paraissent pas trop menaçants, la température est clémente et il n’y a pas de vent. Les conditions sont largement acceptables. Nous partons du côté de Pont des Charrettes en passant par la fameuse “grotte des druides“. Nous poursuivons jusqu’à Sagriès. Dans le village, le groupe des jeunes qui double notre effectif depuis le départ, nous quitte. La montée sur le plateau de Sanilhac s’effectue par le sentier botanique. Ce chemin très rocailleux au début, nous surprend un peu mais petit à petit, il devient moins caillouteux, moins pentu aussi. Le roulage s’en trouve facilité pour le plus grand plaisir de nos mollets. Nous passons devant le château d’eau et roulons sur la crête en suivant le circuit n° 1 à contre sens. Ceci nous permet d’atteindre la route de Collias et de l’emprunter sur quelques hectomètres avant de bifurquer à droite, pas très loin du menhir “Pierre Bamboche“, pour nous enfoncer à nouveau dans le bois. Raoul nous fait prendre un chemin remontant qui mène sur le plateau supérieur au niveau du GR 63 exactement. Nous le suivons dans le sens Est/Ouest jusqu’après la grosse table en ciment des chasseurs. Peu après, nous prenons à droite, un sentier balisé par le club qui ramène au niveau de la plaine. Cependant, juste avant la pierre plantée, Raoul nous conduit sur un autre sentier à notre gauche. Au tout début, celui-ci est très agréable, bien ouvert et ne présente aucune difficulté. Mais, nous le quittons bientôt pour un autre sentier sur notre droite. Et là, nous nous enfonçons carrément dans la broussaille. Comme on le dit parfois, le bon dieu n’y est passé que de nuit. Il faut pénétrer les branchages pour se frayer un passage dans une végétation touffue et piquante. Heureusement, cette partie ne dure pas trop longtemps. Peu à peu, la situation s’éclaircit et le chemin aussi. Une petite halte pour nous remettre de nos émotions, nous permet d’immortaliser cet instant par une photo du groupe. Sacré Raoul ! La descente dans la plaine est alors rapide, par un chemin d’une bonne largeur, un brin cassant mais ludique par ses petits lacets et sa déclivité. Bientôt nous débouchons sur la petite route de Sanilhac au lieu dit “ la Moustarde“. Il ne nous reste plus qu’à rejoindre le pont romain et ensuite Uzès où est déjà arrivé le groupe des ados.

Ce circuit, improvisé au fur et à mesure de notre avancée, ne présente pas de difficultés majeures, à part celles signalées plus haut. Les parties montantes ne sont ni trop longues ni trop pentues, les parties planes sont plutôt du genre roulantes sur des chemins agréables donnant envie d’y rider.
Bref, un vrai circuit de remise en forme.

_____________________