Ce samedi 11 Novembre, ce sera une dernière sortie GPS proposée par Yann de la saison. Le RDV est à 7h30 et nous sommes 3 à tenter l’aventure : Yann, Bruno et Moi (Dominique). Je ne roule pas trop en ce moment et je préviens Yann que j’ai guère plus de 35 km d’autonomie dans les jambes. « pas de soucis, j’ai prévu 42 km max » me dit-il. Yann à sa batterie et Bruno, rien ne l’arrête donc… Y’a plus qu’à !

Le départ est à St-Paul-le-Jeune. Avant de s’élancer, un café sera le bienvenue (un aparté pour Daniel Deleuze : ici, contrairement à Génolhac, le café est à 1,30€, servi avec un speculoos + un chocolat + un petit jus d’orange. Le tout avec le sourire et par le patron qui, ancien vététiste, connait le coin comme sa poche)

Dès le départ, nous attaquons par un monotrace à travers les châtaigniers et rapidement nous portons les vélos. Puis le chemin s’assagit et devient superbe, en balcon, avec une vue dégagée sur la droite et les montagnes Cévenoles. Nous voilà au pied de la montée vers une petite chapelle ( dont le curé à été « mangé » par un indien cannibale – voir vidéo). Le sentier est cimenté ce qui indique bien la rudesse de la pente… Nous voilà devant la chapelle (vidéo en 306°). étape 1 réussie !

Nous engageons la descente par un mono technique, qui le devient rapidement trop. Portage, poussage, dévallage, sont au programme. Yann est en délicatesse avec sa cheville et il faut l’aider à manipuler son lourd VAE. La suite du parcours nous amène au village de Courry où nous attaquons la pente à travers bois. Ça monte beaucoup, en direction du village suivant. Malheureusement, au bout de plusieurs kilomètres nous re-voilà à… Courry. Damned ! les experts GPS tentent de faire le point (photo) et décident de retourner au pied de la chapelle où nous étions il y a une heure de cela ! Bilan, il est 11 heures et nous sommes à 7 km du départ… Mais on s’en fout, on est bien, il fait beau, le paysage est superbe et on est entre pote que demander de plus !

Donc nous prenons la route pour retrouver plus loin et plus bas la trace tant recherchée. Voilà la trace et nous roulons jusqu’à Molière sur Cèze pour attaquer l’ascension vers le château, lieu de notre picnic. Ascension annoncée : 8 km. Il est pas loin de 13 heures et j’ai rudement faim, je sent l’hypoglycémie poindre (vision réduite, plus possible de parler, fonctions vitales de base uniquement – cerveau et cuisses -) et je sais bien qu’il est trop tard pour se restaurer correctement (Gilles, remenber l’Estérel). La montée est une piste en lacet sans répit, ça roule bien mais nous sommes tout le temps en prise, les cuisses chauffent. Yann donne habillement le tempo, Bruno gère sans heurts et je m’accroche. Nous montons à très bonne allure et je laisse filer mes copains seulement à 200 m de la fin de la piste. Ensuite c’est un mono technique qui même au château où, les portages aidant, je ne pers pas trop le contact avec les deux gars. Bizarrement, nous voilà en train de descendre et contourner le château… mauvaise limonade… effectivement le gps nous joue des tours et, pour rejoindre le château, nous devons encore monter et porter sur un monotrace bien hard !

Alléluia, voilà à la bâtisse tant attendue ! Mais il est fermé et l’entrée est payante… Qu’importe, l’heure du sandwich à sonnée. Picnic au soleil, récupération et il est temps de s’y remettre. Yann et Bruno font le point sur leurs gps, les font tourner dans tous les sens 🙂 et décident de la suite du circuit. Nous descendons de la montagne et le but est de traverser la Cèze à pied sec. Malheureusement pas de pont et, de pistes en pistes, nous re-voilà à Molière sur Cèze… le gag !

Un check-up s’impose. Le temps passe, les kilomètres s’accumulent, j’ai mal aux jambes… Raisonnablement, Yann propose de rejoindre St-Ambroix par la route où nous aviserons de la suite. La suite c’est finalement rejoindre St P-le-J par la route car il y a encore 25 km de pistes au programme… Une grosse partie de manivelles nous attends encore car il y a une sorte de « col » à passer. A la sortie de St-Ambroix, Yann change de batterie, le VAE en a mangé une entière. Le col puis le loooong kilomètre en ligne droite – vent de face – finissent de m’achever. Au moral, je rejoint Yann et Bruno qui naviguent quelques dizaines de mètres devant moi et nous atteignons St P-le-J ensemble. 55 km – 1247 D+ et 1193 D-  Vitesse moy 13,5km/h au compteur du GPS de Yann. Le bistrot du matin nous accueille à nouveau pour un rafraichissement – remontant bien venu. Malgré les approximations (tournée à la rigolade) gpsistes de la journée, la sortie à été de toute beauté, nous avons partagé un formidable moment de VTT avec une bonne dose de souffrance pour moi, mais c’est pas grave, ça fait parti du jeu. A la prochaine !